Les cinq touristes tués en Ethiopie sont des Européens

Ils étaient allemands, hongrois et autrichien, a précisé mercredi le gouvernement éthiopien. Deux autres personnes ont été blessées dans l'attaque, et quatre autres ont été enlevées.

La région d\'Afar, en Ethiopie, où cinq touristes étrangers ont été tués lundi 16 janvier 2011.
La région d'Afar, en Ethiopie, où cinq touristes étrangers ont été tués lundi 16 janvier 2011. (BOISVIEUX CHRISTOPHE / HEMIS.FR / AFP)

Les cinq touristes tués dans une attaque lundi 16 janvier dans la région de l'Afar, dans le nord-est de l'Ethiopie, étaient allemands, hongrois et autrichien, a annoncé mercredi 18 janvier le gouvernement éthiopien, qui accuse l'Erythrée d'être à l'origine de ces meurtres. Les cinq victimes ont été tuées dans un territoire frontalier de l'Erythrée. Un Italien et un Hongrois ont également été blessés dans cette attaque, et deux Allemands et deux Ethiopiens ont été enlevés.

"Des groupes terroristes entraînés et armés par le gouvernement érythréen ont passé la frontière pour les attaquer", a accusé un porte-parole du gouvernement éthiopien. L'Erythrée a formellement démenti mercredi toute implication dans ces violences.

En mars 2007, cinq touristes européens, dont une Française, avaient été enlevés dans cette région, puis libérés, par un groupe de rebelles. L'Ethiopie avait alors accusé l'Erythrée voisine, à laquelle une guerre l'avait opposée entre 1998 et 2000 pour des questions territoriales, de soutenir ces rebelles combattant le régime d'Addis-Abeba.