Au Burundi, les catastrophes naturelles ont forcé plus de 100 000 personnes à fuir leurs maisons

Depuis trois ans, tous les déplacés internes le sont en raison des inondations.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des femmes marchent dans l'eau, au nord-ouest de Bujumbura, au Burundi, après des pluies torrentielles qui ont détruit une centaine de maisons en mars 2017.   (STRINGER / AFP)

L’ONG anglaise Save the Children qui vient en aide aux enfants dans les pays défavorisés s’inquiète de la situation humanitaire au Burundi, petit pays d'Afrique de l'Est. En cause notamment les inondations qui ont provoqué le déplacement de plus de 100 000 personnes ces trois dernières années. C’est la première fois que l’écrasante majorité des déplacées le sont à cause de catastrophes naturelles et non des violences.

Des eaux destructrices

Pluies diluviennes, inondations, glissements de terrain ont forcé des milliers de familles à fuir leurs maisons submergées par les eaux ou emportées par des coulées de boue. Rien que cette année, plus de 25 000 personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays. Beaucoup n'ont pas pu rentrer chez elles et vivent dans des camps de fortune, selon une étude récente (lien en anglais) de Save The Children.

"J’étais agricultrice avant les inondations mais maintenant ma maison est sous l’eau. La situation concernant les inondations est devenue pire qu’avant"

Marie, mère de trois enfants

à Save the Children

Une crise oubliée 

En avril dernier, le lac Tanganyika est monté d’environ quatre mètres par rapport à son niveau habituel, détruisant des centaines de maisons, des écoles, des routes et des champs entiers de cultures. L’organisation Save The Children qui a recueilli des centaines de témoignages parle d’une crise oubliée, celle des victimes des chocs climatiques. Au Burundi, tous les déplacements internes des trois dernières années sont le résultat de catastrophes naturelles et non en raison des conflits.

"Le monde semble avoir oublié le Burundi, et pourtant il subit de plein fouet le changement climatique mondial, les enfants étant les plus touchés"

Maggie Korde, directrice de l'ONG Save The Children pour le Burundi

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), le Burundi fait partie des 20 pays les plus vulnérables au monde au changement climatique, ainsi que l'un des moins préparés à le combattre. Un projet de rapport des experts climat de l'ONU indique que les inondations déplaceront chaque année en moyenne 2,7 millions de personnes en Afrique d'ici à 2050.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Burundi

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.