Cet article date de plus de six ans.

Bring Back Our Girls : un an après, les familles sont toujours sans nouvelles de leurs filles

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

Un an après, 219 lycéennes sur les 276 enlevées par Boko Haram, au Nigéria, manquent toujours à l'appel. Leurs familles sont sans nouvelles. 

Mardi 14 avril, des femmes défilent dans les rues de la capitale nigériane. Bouche cousue, les lèvres collées pour rappeler au monde que 219 jeunes filles sont toujours aux mains du groupe Boko Haram. Il y a exactement un an, le 14 avril 2014, Boko Haram attaquait une école de Chibok dans le nord-est du Nigéria et enlevait quelque 276 jeunes filles.

Près de 2 000 femmes enlevées

Quelques jours plus tard, le groupe terroriste diffusait une vidéo où était exhibée une centaine d'entre elles, vêtues de hijab et récitant le Coran. Leur chef menaçait de les marier de force ou de les vendre comme esclave. Un an après leurs familles sont toujours sans nouvelles. Amnesty International publie un rapport accablant sur le traitement imposé par Boko Haram à ses prisonnières. Boko Haram a enlevé au moins 2 000 femmes et jeunes filles au Nigéria depuis le début de l'an dernier.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.