Les hommages se multiplient après la mort de Desmond Tutu, icône sud-africaine de la lutte contre l'apartheid

Emmanuel Macron, Barack Obama, le Dalaï Lama… Bien au-delà des frontières de la "nation arc-en-ciel", des chefs d'Etat et autres personnalités publiques et politiques de premier plan ont eu un mot dimanche en mémoire de l'archevêque sud-africain.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Des Sud-Africains déposent des fleurs devant un portrait de Desmond Tutu, au Cap, le 26 décembre 2021.  (RODGER BOSCH / AFP)

L'Afrique du Sud est en deuil, mais le monde tout entier salue la mémoire de Desmond Tutu. Mort dimanche 26 décembre. L'archevêque anglican sud-africain, icône de la lutte contre l'apartheid et prix Nobel de la Paix, s'est éteint à l'âge de 90 ans. Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a exprimé "sa profonde tristesse" à la suite de cette annonce, rendant hommage à un "patriote sans égal""un homme d'une intelligence extraordinaire, intègre et invincible contre les forces de l'apartheid" mais "aussi tendre et vulnérable dans sa compassion pour ceux qui avaient souffert (...) sous l'apartheid, et pour les opprimés et les oppresseurs du monde entier". Pour sa part, la Fondation Mandela a qualifié sa perte d'"incommensurable" : "C'était un être humain extraordinaire. Un penseur. Un leader. Un berger."

Bien au-delà des frontières de la "nation arc-en-ciel", des chefs d'Etat et autres personnalités publiques et politiques de premier plan ont eu un mot dimanche pour Desmond Tutu.

Un "mentor" et "une inspiration" pour de nombreux dirigeants

Le "combat" de Desmond Tutu "pour la fin de l'apartheid et la réconciliation sud-africaine restera dans nos mémoires", a ainsi salué le président français Emmanuel Macron dans un tweet. L'archevêque "consacra sa vie aux droits de l'homme et à l'égalité des peuples", a-t-il souligné. 

Le président américain et son épouse, Joe et Jill Biden, disant avoir le "coeur brisé", ont estimé dans un communiqué que "l'exemple" de Desmond Tutu, "transcende les frontières et trouvera un écho à travers les âges".

Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'est quant à lui dit sur Twitter "profondément attristé". "Il a été une figure essentielle de la lutte contre l'apartheid et de la lutte pour la création d'une nouvelle Afrique du Sud. Nous nous souviendrons de lui pour son leadership spirituel et sa bonne humeur irrépressible", a-t-il ajouté, tandis que la reine Elizabeth II s'est déclarée "profondément attristée", saluant sa défense "inlassable" des droits humains ainsi que sa "convivialité et son humour".

Charles Michel, le président du Conseil européen, a rendu hommage à "un homme qui a donné sa vie à la liberté avec un engagement profond pour la dignité humaine".

Si, selon le président sud-africain, la mort de Desmond Tutu "est un nouveau chapitre de deuil dans l'adieu de notre nation à une génération de Sud-Africains exceptionnels qui nous ont légué une Afrique du Sud libérée", l'aura du prêtre a rayonné sur tout le continent africain. Le président kényan Uhuru Kenyatta a ainsi estimé que "le décès de l'archevêque Desmond Tutu est un coup dur non seulement pour la République d'Afrique du Sud (...) mais aussi pour tout le continent africain, où il est profondément respecté et célébré en tant qu'artisan de la paix. "L'archevêque Tutu a inspiré une génération de dirigeants africains qui ont adopté ses approches non violentes dans la lutte pour la libération", a-t-il déclaré.

De l'humanité… et beaucoup d'humour 

Ceux qui l'ont côtoyé n'ont pas manqué de souligner l'engagement mais aussi l'humour de Desmond Tutu. Comme l'ancien président américain Barack Obama : il était "un mentor, un ami et une boussole morale pour moi et tant d'autres". "Un esprit universel", soucieux de défendre la justice dans son pays et dans le monde. "Il n'a jamais perdu son sens de l'humour espiègle ni sa volonté de trouver l'humanité chez ses adversaires et il manquera grandement à [mon épouse] Michelle et à moi", a-t-il tweeté.

Les membres du groupe des "Sages", créé en 2007 par Nelson Mandela et qui rassemble des personnalités publiques travaillant aux grands problèmes mondiaux, "ont perdu un ami cher, dont le rire contagieux et le sens de l'humour espiègle les ont tous ravis et charmés", a réagi dans un communiqué le groupe, qui compte dans ses rangs l'ancien secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon ou l'ex-président américain Jimmy Carter. Pour eux, son "engagement pour la paix, l'amour et l'égalité" continuera "d'inspirer les générations futures".

"Dans les yeux de Desmond Tutu, nous avons vu l'amour de Jésus. Dans sa voix, nous avons entendu la compassion de Jésus. Dans son rire, nous avons entendu la joie de Jésus", a réagi le chef spirituel des anglicans et archevêque de Canterbury, Justin Welby. "C'était beau et courageux. Son plus grand amour est maintenant réalisé alors qu'il rencontre son Seigneur face à face."

"L'amitié et le lien spirituel entre nous étaient quelque chose que nous chérissions", a déclaré son vieil ami le Dalaï Lama. Ce dernier a salué un "grand homme, qui a vécu une vie pleine de sens", "entièrement dévoué au service de ses frères et sœurs"Benice King, la fille du pasteur et icône de la lutte pour les droits civiques Martin Luther King, a quant à elle écrit sur Twitter que "nous sommes meilleurs parce qu'il était [de ce monde]". 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique du Sud

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.