L'Afrique du Sud se rêve en leader de l'hélium, un gaz rare

L'hélium serait présent en grande quantité dans le sous-sol national. Son exploitation devrait débuter en 2022.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L'hélium est un gaz popularisé par son usage pour les dirigeables. Mais il est surtout présent dans le monde industriel. (FELIX KASTLE / DPA)

Renergen est une compagnie sud-africaine spécialisée dans le gaz naturel. Le projet qu'elle porte, Virginia Gas, se situe dans l'Etat de Free State, au centre du pays, autour de la petite ville de Virginia, 100 km au nord-est de Bloemfontein. Au départ, il s’agit pour Renergen de prospecter et d’exploiter un champ gazier de 187 000 hectares, le but étant d’alimenter en combustible une mine d’or voisine. En échange d’un dollar symbolique et de l’effacement des dettes des propriétaires, les responsables de Renergen obtiennent d’exploiter quatre puits gaziers existants.

Ils prélèvent alors des échantillons pour analyser la composition chimique. "C'est là qu'on a compris qu'on était tombés sur quelque chose de spécial", explique à l’AFP Stefano Marani, le PDG de la société. Non seulement ce gaz est très pur, avec 90% de méthane, mais il possède une des meilleures concentrations d’hélium au monde, de 2 à 4%, parfois même 12%. Aux Etats-Unis, même des concentrations de 0,3% sont exploitées.

Un gaz devenu indispensable

L’hélium est un gaz rare issu de la désintégration du thorium et de l’uranium dans le sol, plus léger que l’air. On l’utilise pour gonfler les ballons d’anniversaire et les dirigeables. Il est surtout largement utilisé dans l’industrie. En exploration spatiale, où il participe à la propulsion des fusées, en imagerie médicale pour refroidir les appareils d’IRM, dans l’automobile, où il remplit les airbags des voitures.

Le site en cours de construction le 22 septembre 2021 de la future unité de liquéfaction d'hélium à Virginia, dans l'Etat de Free State en Afrique du Sud. (LUCA SOLA / AFP)


Depuis sa découverte, au tout début du XXe siècle, l’essentiel des réserves connues se situait aux Etats-Unis qui ont produit jusqu’à 90% de l’hélium commercialisé dans le monde. Aujourd’hui, d’autres pays ont rejoint la liste des producteurs, comme l'Algérie ou le Qatar. Abondant dans l’univers, l’hélium est curieusement rare sur terre, et donc cher.

Rare et cher

Malgré son prix élevé, l'hélium est utilisé pour de nombreux usages qui tirent profit de ses propriétés : son point d'ébullition bas, sa faible densité, sa faible solubilité, sa haute conductivité thermique. Si bien qu'il est devenu un incontournable que tout pays espère découvrir en masse. Ainsi en France, un secteur de 250 km² va être prospecté dans le sud de la Nièvre, et on y espère une exploitation pour 2023.

Pour le site sud-africain, les estimations de sa capacité varient de 1 à 10. Les plus optimistes parlent de près de 10 milliards de m³, soit une valeur de 100 milliards de dollars. Un vrai pactole qu’il va falloir désormais confirmer. En 2022, une usine de liquéfaction devrait produire chaque jour 350 kilos d’hélium.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique du Sud

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.