En Afrique du Sud, des draps d'hôtels sont recyclés en chemises pour écoliers

L'uniforme scolaire est obligatoire dans le pays où les enfants portent des chemisettes blanches.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des élèves sud-africains d'une école d'Alexandra, un township de la banlieue de Johannesburg, le 15 février 2021. (LUCA SOLA / AFP)

Pour permettre à des enfants de milieux défavorisés d'avoir la chemise blanche exigée à l'école, une organisation a eu l'idée de récupérer le linge d'une chaîne d’hôtels prestigieux pour lui donner une seconde vie.

Des écoliers dans de beaux draps

Avant de créer son ONG Restore SA, Danolene Johannesen fournissait grâcieusement des chemises et des chaussures à des enfants sud-africains dont la famille n'a pas les moyens d’acheter une tenue neuve pour l’école. L'opération nécessitait des fonds qui n'étaient pas toujours faciles à trouver. Et puis elle a pensé au recyclage en collaborant avec une chaîne de grands hôtels qui renouvellent régulièrement leurs stocks de draps pour satisfaire des clients exigeants.

Le projet, lancé en 2019 au Cap, a déjà habillé des milliers d'enfants. Le drap d'un grand lit double permet à lui seul la confection de cinq chemises avec un coton de très bonne qualité.

Du recyclage et des emplois

Le projet de Restore SA a également permis la mise en place d’un atelier permanent qui emploie des couturières sud-africaines, comme le précise un article du site IOL. Une initiative saluée dans un pays où le taux de chômage dépasse les 35%.

Au final, tout le monde trouve son compte dans cette opération toute simple. Les élèves ont des chemises impeccables fabriquées sur place à moindre coût et le recyclage au service d'enfants défavorisés et de leur éducation apporte une image gratifiante à des hôtels qui montrent leur engagement dans le développement durable.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique du Sud

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.