Afrique du Sud : à Johannesburg, les vols de dreadlocks se multiplient

Selon leur longueur et leur qualité, leur prix peut atteindre jusqu'à 500 euros. 

Illustration de deux hommes portant des dreadlocks, en août 2010.
Illustration de deux hommes portant des dreadlocks, en août 2010. (PHILIPPE TURPIN / MAXPPP)

Johannesburg, en Afrique du Sud, est connue pour être l’une des villes les plus dangereuses du monde. Elle le doit principalement à son centre-ville, déshérité après la fin de l’apartheid au point que certains quartiers de non-droits deviennent le théâtre de toues les trafics, de drogue, d’organes, d’armes, et depuis peu de cheveux, et plus précisément de vraies dreadlocks, que les criminels arrachent sur la tête des passants et revendent à prix d’or. C'est arrivé à Lungiswa, il y a deux ans : "Normalement je couvre mes cheveux avec un foulard, ce jour-là je ne l'ai pas fait, explique-t-elle. Et alors que je marchais dans la rue, deux hommes sont arrivés vers moi, je pensais qu'ils allaient prendre mon téléphone", raconte-t-elle. 

Un des deux avait des ciseaux, ils m'ont immobilisée et ont commencé à couper l'arrière de mes cheveuxLungiswa, victime d'un vol de dreadlocksà franceinfo

Des clients comme Lungiswa, Majestic en a beaucoup dans son salon de coiffure. Il commence même la coiffure à domicile car des clients ont peur de se déplacer en ville. Les dreadlocks se revendent très cher, parfois 500 euros. Lui ne vend que celles de ses clients. "On les vend selon la longueur et la qualité", explique-t-il. Ceux pour le haut de la tête, je peux les vendre un peu moins de 100 euros." 

Les dreadlocks sont à la mode, donc les vols augmentent, logiquement. En face du salon de Majestic, Calvin, gardien de parking, dit ne pas craindre pour ses cheveux. "C'est une partie de moi-même, affirme-t-il. J'ai fait pousser mes dreadlocks depuis que je suis petit, car les anciens disent que tes cheveux, c'est ta force. C'est comme continuer une tradition." De son côté, la police sud-africaine indique que peu de cas sont rapportés dans les commissariats, par honte, selon le porte-parole des forces de l'ordre.

En Afrique du Sud, à Johannesburg, les vols de dreadlocks se multiplient : le reportage de Noé Hochet-Bodin
--'--
--'--