Une Afghane a mis au monde un bébé dans un avion américain durant son évacuation

La mère et la petite fille "sont en bonne santé", a expliqué le commandement mobile aérien de l'US Air Force sur Twitter.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une Afghane et son bébé en Allemagne, le 21 août 2021. (US AIR FORCE / TWITTER)

Un heureux événement en plein chaos. Une Afghane a donné naissance à une petite fille dans un avion militaire américain qui l'évacuait vers la base de Ramstein, en Allemagne, a annoncé le commandement mobile aérien de l'US Air Force sur Twitter, dimanche 22 août.

En plein vol, samedi, dans un appareil parti d'une base américaine au Moyen-Orient et à destination de l'Allemagne, la femme enceinte a commencé à ressentir des contractions et "des complications", selon ce tweet. Le commandant de l'avion a alors "décidé de descendre en altitude pour augmenter la pression dans l'avion, ce qui a permis (...) de sauver la vie de la mère", poursuit le Air Mobility Command sur le réseau social.

La mère et la petite fille "sont en bonne santé"

Juste après l'atterrissage, des militaires américains ont aidé l'Afghane à mettre au monde son bébé dans l'avion avant qu'elle ne soit transportée avec son nouveau-né vers un établissement hospitalier proche. La mère et la petite fille "sont en bonne santé", selon ce tweet. Des images diffusées par l'armée américaine montraient la mère allongée sur une civière évacuée de l'appareil par des soldats américains sur la base de Ramstein, dans le sud-ouest de l'Allemagne.

Depuis le 14 août, quelque 17 000 personnes ont été évacuées par les Etats-Unis, dont 2 500 Américains. Les Etats-Unis ont obtenu le feu vert de Berlin pour que certains évacués soient dirigés vers l'Allemagne, où ils disposent de nombreuses bases. Environ 1 150 personnes ont atterri samedi sur la base de Ramstein, d'où elles devraient d'ici quelques jours repartir pour les Etats-Unis.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.