Cet article date de plus de cinq ans.

LA PHOTO. Manifestation de Hazaras chiites à Kaboul

Des membres de la minorité chiite hazera défilent dans Kaboul pour protester contre l'exécution de sept d'entre eux par des extrémistes islamistes dans le sud-est du pays. Les Hazaras, chiites dans leur quasi-totalité, représentent environ 10% de la population afghane. Ils ont été persécutés notamment par les talibans sunnites à l'époque où ces derniers dirigeaient l'Afghanistan.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Kaboul le 11 Novembre. Des manifestants afghans portent un cercueil contenant le corps d'un des sept musulmans chiites Hazaras , dont deux femmes et un enfant, assassinés en Agfhanistan. Des milliers de manifestants ont défilé avec les cercueils contenant les corps décapités de sept chiites Hazaras à travers la capitale afghane pour exiger justice, Ces décapitations ont réveillé les craintes d'un bain de sang sectaire dans le pays déchiré par la guerre.  Les manifestants se sont rassemblés sous la pluie dans l'ouest de Kaboul et ont marché vers le centre-ville , scandant des slogans contre les talibans et le groupe Etat islamique, tout en exigeant la justice et la protection du gouvernement .  (SHAH MARAI / AFP)
Manifestation hazara à Kaboul Kaboul le 11 Novembre. Des manifestants afghans portent un cercueil contenant le corps d'un des sept musulmans chiites Hazaras , dont deux femmes et un enfant, assassinés en Agfhanistan. Des milliers de manifestants ont défilé avec les cercueils contenant les corps décapités de sept chiites Hazaras à travers la capitale afghane pour exiger justice, Ces décapitations ont réveillé les craintes d'un bain de sang sectaire dans le pays déchiré par la guerre.  Les manifestants se sont rassemblés sous la pluie dans l'ouest de Kaboul et ont marché vers le centre-ville , scandant des slogans contre les talibans et le groupe Etat islamique, tout en exigeant la justice et la protection du gouvernement . 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.