Afghanistan : sept morts à l'aéroport de Kaboul à la suite d'un mouvement de foule

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Afghanistan : sept morts à l'aéroport de Kaboul suite à un mouvement de foule
France 2
Article rédigé par
V.Lerouge, E.Urtado, C.Payen - France 2
France Télévisions

À l'aéroport de Kaboul (Afghanistan), des milliers de personnes se pressent toujours pour fuir le pays. Une gigantesque cohue a entraîné, samedi 21 août, la mort de sept personnes.

Devant l'aéroport de Kaboul (Afghanistan), plus de 18 000 personnes sont massées, dans l'espoir d'embarquer sur un avion militaire. Dans l'après-midi du samedi 21 août, une bousculade survenant au milieu de la foule, provoquant un mouvement de panique, a entraîné la mort de sept personnes. Les militaires occidentaux prennent en charge les blessés, et évacuent les plus choqués, qu'ils hydratent avec les moyens du bord. La température atteint 33 degrés, sans ombre ni eau.

Des problèmes de coordination

Pour tenter de contenir de nouveaux mouvements de foule, les soldats occidentaux multiplient les tirs de sommation. Pour les talibans, les États-Unis sont les seuls responsables du chaos. Les nouveaux maîtres du pays essayent de dissuader les Afghans de partir, et tiennent pour ce faire un discours rassurant… Au moins en apparence. "On a donné l'amnistie à tous les anciens fonctionnaires du gouvernement afghan. Ils n'ont rien à craindre de la part de nos combattants, et peuvent être confiants pour leur vie", assure un taliban. À l'aéroport, la course contre la montre se poursuit, afin d'évacuer les dizaines de milliers d'Afghans encore éligibles au départ.

Le journaliste Cyril Payen, envoyé spécial France 24 à Kaboul, indique de son côté que la situation est, dimanche 22 août, "toujours très chaotique". "Il faut passer de nombreux checkpoints, des parachutistes américains, des Marines également, mais aussi des forces spéciales de l'OTAN, britanniques, françaises ou turques", explique ce dernier, notant "des problèmes de coordination". Quant aux talibans, ils "accroissent chaque jour leur pression sécuritaire en encerclant [l']aéroport de Kaboul".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.