Afghanistan : "Plus de la moitié de la population a besoin d'aide humanitaire directe", alerte un porte-parole du CICR

L'aide humanitaire en Afghanistan est "la deuxième plus grosse opération" au monde du CICR. Ça ne pourra pas durer indéfiniment, alerte la Croix-Rouge qui appelle les États à réinvestir dans le pays.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'aide humanitaire nécessaire à la survie de plus de la moitié de la population afghane en 2022, un an après la prise de pouvoir des talibans (photo d'illustration). (JAVED TANVEER / AFP)

Un an après le retour des talibans au pouvoir en Afghanistan, "on estime que plus de la moitié de la population a besoin d'aide humanitaire directe", a alerté lundi 15 août sur franceinfo Lucien Christen, porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) dans le pays. "Toutes les franges de la population afghane sont touchées."

>> Afghanistan : comment le pays plonge dans une crise économique et humanitaire sans précédent, un an après la prise de Kaboul par les talibans

Pour faire face à cette "situation vraiment désastreuse", le CICR a vu son "budget largement augmenter" depuis fin 2021, avec "près de 200 millions de dollars" alloués à la "deuxième plus grosse opération" de l'organisation humanitaire "dans le monde à l'heure actuelle", explique Lucien Christen. "Donc oui, on se donne les moyens".

"Mais les organisations humanitaires ne pourront pas répondre indéfiniment aux besoins, qui sont énormes".

Lucien Christen, porte-parole du CICR en Afghanistan

à franceinfo

Lucien Christen rappelle donc que "les États et les agences de développement sont vivement encouragées à revenir investir en Afghanistan, pour éviter que la situation ne se dégrade". 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.