Afghanistan : l'État islamique à l'origine de l'attentat ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Afghanistan : l'État islamique à l'origine de l'attentat ?
FRANCE 2
Article rédigé par
S.Perez, N.Thomas, P.Limpens, A.Vahramian - France 2
France Télévisions

L'attentat qui a frappé Kaboul, jeudi 26 août, n'a pas été revendiqué. Pour les États-Unis, le groupe État islamique serait en cause. 

Un attentat-suicide a frappé Kaboul, jeudi 26 août. Les services occidentaux de renseignements avaient prévenu de l'imminence d'une attaque terroriste en Afghanistan, et les regards se portaient vers le groupe État islamique (EI). Ils seraient entre 500 et 1 000 combattants djihadistes, des déçus des talibans retranchés dans l'est du pays, à la frontière avec le Pakistan. L'EI, qui a tenté de s'implanter en Afghanistan, a été chassé des territoires qu'il avait conquis par l'armée régulière et les talibans. Si le mouvement est affaibli, ses cellules dormantes ont avec les attentats-suicides une arme puissante : attaque contre un convoi de l'OTAN en 2017, contre une maternité en 2020 ou encore une école de fille en 2021. 

Décès de 10 militaires américains 

Selon Georges Lefeuvre, chercheur à l'IRIS, le groupe est "à la recherche d'une nouvelle visibilité" et "de mécanismes qui peuvent relancer les procédures de recrutement". L'atmosphère chaotique qui règne aux abords de l'aéroport Hamid Karzaï à Kaboul constitue selon l'expert une "formidable opportunité". L'attentat n'a pas été revendiqué, mais pour de nombreux observateurs, Daesh pourrait tenter de déstabiliser les talibans, en pleine phase de consolidation de leur pouvoir. 

Sur le plan international, l'attentat, au cours duquel plusieurs militaires américains ont été tués - dix au total selon la journaliste Agnès Vahramian - pourrait changer l'agenda des Américains. Cependant, "tous les briefings à Washington ont été annulés" et aucune information n'a filtré, précise la journaliste.   

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.