Afghanistan : à Herat, des talibans demandent aux commerçants de décapiter les mannequins dans leurs magasins

Cette directive, qui n'est pour le moment appliqué que dans le troisième ville du pays, symbolise les restrictions prises par les talibans depuis leur retour au pouvoir.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La ville d'Herat (Afghanistan), le 3 janvier 2022. (BILAL GULER / ANADOLU AGENCY / AFP)

C'est une décision qui s'ajoute à une série de mesures des talibans pour imposer dans la pays leur vision rigoriste de l'islam, limitant les libertés publiques, surtout des femmes et filles. Les talibans ont ordonné aux vendeurs de vêtements à Herat, dans l'Ouest de l'Afghanistan, de décapiter les mannequins dans leurs magasins, qu'ils considèrent contraires à leur interprétation de la loi islamique. "Nous avons demandé aux commerçants de couper la tête des mannequins, car cela va contre la loi (islamique) de la sharia", a confirmé mercredi 5 janvier à l'AFP Aziz Rahman, chef du département pour la Promotion de la vertu et de la Prévention du vice à Herat, troisième plus grande ville du pays avec environ 600 000 habitants.

"S'ils se contentent de recouvrir la tête, ou cachent le mannequin (entier), l'ange de Allah ne rentrera pas dans leur magasin ou dans leur maison pour les bénir", a-t-il continué, ajoutant que les vendeurs de vêtements ont promis qu'ils obéiraient. Une vidéo montrant des hommes en train de couper à la scie les têtes de mannequins féminins en plastique circule largement depuis mardi sur les réseaux sociaux. Les talibans n'ont pour l'instant émis aucune directive nationale concernant ces mannequins en plastique, en conflit avec leur interprétation stricte de la loi islamique, qui interdit la représentation de figures humaines.

Des restrictions contre les femmes

Lors de leur premier règne dans les années 1990, les talibans ont choqué le monde avec la déstruction de deux statues du bouddah. Depuis leur retour au pouvoir en Afghanistan, les talibans, qui cherchent à être reconnus par la communauté internationale et aimeraient le retour de l'aide humanitaire cruciale pour l'Afghanistan, se disent plus modérés.

Mais les islamistes ont depuis imposé plusieurs restrictions, notamment aux femmes et aux filles. Ils ont annoncé que les femmes désirant voyager sur de longues distances devaient être accompagnées par un homme de leur famille proche et appellé les conducteurs de taxi à n'accepter des femmes à bord de leur véhicule que si elles portent le "voile islamique". Les autorités talibanes ont également multiplié les perquisitions d'alcool et interdit la musique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.