Cet article date de plus de six ans.

A Cuba, les producteurs de cigares attendent les Américains

"Cuba va changer mais pas du jour au lendemain" a déclaré Barack Obama après la reprise des relations diplomatiques entre Washington et La Havane. Parmi les premiers bénéficiaires de l’allègement de l'embargo, les producteurs de cigares.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (A Cuba, les producteurs de cigare se préparent à une révolution © REUTERS | Enrique De La Osa)

 C'est une salle discrète au fond d'un patio. La Casa Del  Habanos est une des maisons autorisées par l'Etat cubain à vendre les célèbres cigares. Dans un coin, Roberto en fabrique une centaine chaque jour : "Chaque feuille a une fonction, celle-là pour l'arôme, celle-ci pour la force du cigare. C'est quelque chose de très grand pour nous les Cubains ".  

Les Américains, le cigare, "ça va leur sembler très fort..."

Un peu plus loin, Georgio, le commercial, sourit quand on lui demande si le fait que les Américains vont désormais pouvoir rapporter  100 dollars de cigares est une bonne nouvelle. " Ça sera bien mais en même temps ce n'est pas une somme énorme si on compare avec ce que dépense les Allemands ou les Canadiens. Cent dollars c'est dix cigares à peine. Et même si l'embargo se termine, la plupart des  Américains n'ont pas fumé de cigare depuis cinquante ans. Ils ne vont pas aimer, ça va leur sembler très fort…"

Mais selon Maria, guide touristique, cette ouverture va provoquer un boom pour l'économie du cigare. Chaque année, malgré les restrictions, 90.000 citoyens américains visitent Cuba chaque année.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.