Cet article date de plus de huit ans.

A Bangui, l'archevêque et l'imam vivent ensemble en paix

A Bangui, la situation reste explosive. Ce lundi encore, des tirs d'armes lourdes ont encore retenti dans la capitale centrafricaine. Alors que musulmans et chrétiens s'affrontent dans les rues de la capitale, deux hommes que tout oppose ont décidé d'unir leurs forces pour la paix. Un reportage de Jérôme Jadot et Gilles Gallinaro.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Gilles Gallinaro Radio France)

En Centrafrique, le symbole est fort.
Deux hommes, un musulman et un chrétien vont totalement à contre courant de ce
qui se passe dans les rues de Bangui depuis le début du mois.

Le message
pourtant simple de l'imam qui expliquait "qu'un bon musulman ne tue
pas
" n'a pas plu à tous ces coreligionnaires. Il a été menacé. Et le 5 décembre dernier, l'archevèque lui a donc proposé l'hospitalité. L'imam a accepté et s'est donc réfugié chez son "frère ", ainsi qu'il appelle l'archevèque, avec sa famille. Depuis plus de trois semaines, ils sont inséparables et multiplient les initiatives communes pour
apaiser les tensions intercommunautaires.

Les deux hommes sont très différents
mais ils vivent ensemble et travaillent à désamorcer des situations souvent
éruptives.

Les deux religieux saluent le
travail de l'armée française mais ils en appellent aux casques bleus face à une crise d'une telle ampleur.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.