A Alep, les combats font rage, les bombardements continuent

C'est l'enjeu crucial du conflit entre les rebelles et les forces fidèles à Bachar al-Assad. L'armée syrienne a repris ses intenses pilonnages sur Alep, quelques jours après le début de l'offensive terrestre. Des milliers d'habitants de la ville et de tout le nord du pays tentent de fuir les bombes.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Chaar, Tariq al-Bab, Hanano, Boustane al-Qasr, Salah al-Din. Tous ces quartiers d'Alep sont sous les bombes, ce dimanche. Un pilonnage plus intense encore qu'à l'habitude, dans cette ville où les combats font rage. Depuis le 8 août dernier, date du lancement de l'offensive terrestre par les fidèles de Bachar al-Assad, les deux camps s'affrontent pour le contrôle de chaque quartier, de chaque rue.

Les bombardements ne se limitent pas à la seule ville d'Alep, fuie par des dizaines de milliers d'habitants. Tout le nord du pays est sous la menace des obus, tandis que la capitale Damas est elle aussi en proie aux violences. Samedi, près de 150 personnes, dont 85 civils, sont morts dans le pays selon un bilan de l'Observatoire syrien des Droits de l'Homme.

Dans ce contexte de violences accrues, Hillary Clinton s'est engagée à "accélérer" la fin du régime de Bachar al-Assad. La secrétaire d'Etat américaine était en visite officielle en Turquie. Quant à François Hollande, il s'est défendu de tout attentisme en affirmant samedi que la France était "engagée dans la recherche obstinée d'une solution politique en Syrie" .