Intempéries dans les Alpes-Maritimes : "Nous avons sollicité l'armée [...] en renfort" annonce Charles-Ange Ginésy le président du Conseil départemental

Selon Charles-Ange Ginésy, dans certaines communes très touchées par la tempête Alex, les fortes pluies récentes ont "remis les travaux à zéro".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Charles-Ange Ginésy, au conseil départemental des Alpes-Maritimes, le 15 septembre 2017. (FRANCK FERNANDES / MAXPPP)

"Nous avons sollicité l'armée pour qu'elle revienne en renfort", a affirmé lundi 26 octobre sur franceinfo Charles-Ange Ginésy, président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, après les orages qui ont touché le département dans la nuit de dimanche 25 à lundi 26 octobre. Moins d'un mois après le passage de la tempête Alex, la situation est toujours "dramatique" car les "précipitations abondantes tombent sur un terrain déjà destructuré". Le président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes demande que l'Etat "continue" à les aider car "les bombardements n'ont pas fini".

Est-ce qu'il y a des dégâts après ces orages ?

Charles-Ange Ginésy. Il y a beaucoup de dégâts surtout sur les terrains fragilisés. Ils sont imbibés d'eau. Il ne faut pas grand-chose. Nous avons eu 63 mm à Tende, 38 à Saint-Martin-Vésubie. Ce ne sont pas de petites précipitations. Ce sont des précipitations abondantes qui tombent sur un terrain déjà déstructuré. Là où nous avons pu intervenir sur les basses vallées, à Roquebillière, l'accès à Saint-Martin-Vésubie, Breil-sur-Roya, ce sont des secteurs qui ont été mieux stabilisés. Mais là ou nous sommes dans une situation dramatique sont les secteurs encore inaccessibles comme Tende, Casterino, Fontan où il y a des précipitations qui ont remis les travaux à zéro. Le maire de Tende m'a indiqué qu'on est revenu à 15 jours en arrière. La situation est dramatique. Nous avons des gués qui ont été emportés. On annonçait l'ouverture de la route de Fontan pour la fin de cette semaine. Ce sera probablement remis à plus tard. Le gué sud a été emporté par ce nouvel épisode pluvieux. Le gué provisoire de Tende a été emporté. Ils sont à nouveau coupés. Il reste des approvisionnements par le train, par hélicoptère. Tous les élus confondus, nous avons sollicité l'armée pour qu'elle revienne en renfort pour à nouveau porter secours et transporter les marchandises nécessaires.

Est-ce qu'il y a des difficultés sur les logements ?

18 personnes sont évacuées sur Tende avec deux maisons qui sont fragilisées et qui prennent l'eau. Des clients EDF ont été également privés d'électricité. La situation n'est pas rose. Ce sont 15 jours de tension extrême qui font que ces gens là sont dans une réelle difficulté. Pour arriver au plus profond de nos vallées, c'est quelque chose de difficile.

Il y a la nécessité de rétablir des moyens militaires pour vous aider ?

C'est ce que nous demandons à l'Etat, à monsieur le préfet qui se rend compte de la situation. Mais l'éloignement parisien peut faire que quelquefois on n'a pas la bonne vision des choses. Le terrain que l'on a vu il y a 15 jours a été bombardé. Les bombardements n'ont pas fini. Il faut continuer à nous aider.

Vous appelez à ce que les habitants restent chez eux aujourd'hui ?

L'avis de tempête a cessé. L'épisode pluvieux se termine. On peut décompresser un peu les restrictions. Mais il faut rester prudent. Parce qu'un terrain imbibé peut glisser à tout moment. Certaines routes, par principe de précaution, ont été fermées au vu de quelques blocs qui se sont déjà détachés. On attend que le terrain se resserre pour rouvrir les accès.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.