L'homme est aussi responsable des phénomènes météo extrêmes

Le réchauffement climatique, provoqué par les émissions de gaz à effet de serre produites par les activités humaines, a contribué à la moitié des catastrophes en 2012, selon une étude.

Un drapeau américain déposé dans le quartier dévasté de Breezy Point à New York (Etats-Unis), le 4 décembre 2012, l\'un des plus durement touchés par l\'ouragan Sandy.
Un drapeau américain déposé dans le quartier dévasté de Breezy Point à New York (Etats-Unis), le 4 décembre 2012, l'un des plus durement touchés par l'ouragan Sandy. (SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Les sécheresses, l'ouragan Sandy aux Etats-Unis, la fonte record des glaces arctiques et les pluies diluviennes en Grande-Bretagne, en Australie, dans le nord de la Chine et au Japon : toutes ces catastrophes seraient aussi la faute des hommes.

Les activités humaines émettent de gaz à effet de serre qui elles-mêmes engendrent un réchauffement climatique. Et ce cercle vicieux a contribué à la moitié des phénomènes météorologiques extrêmes sur la planète en 2012. C'est ce qu'affirme un rapport rédigé par 18 équipes scientifiques et publié dans le Bulletin of the American Meteorological Society (lien en anglais), jeudi 5 septembre.

Ces chercheurs ont analysé les causes des douze événements climatiques d'intensité exceptionnelle l'an dernier. Conclusion : "les mécanismes météorologiques naturels et les fluctuations normales du climat ont joué un rôle clé dans ces phénomènes". Mais "dans certains cas, les analyses révèlent clairement que le changement climatique induit par les émissions de gaz à effet de serre résultant des activités humaines a contribué à ces phénomènes".