Sécheresse : les nappes phréatiques artificielles comme solution

Publié
Sécheresse : les nappes phréatiques artificielles comme solution
FRANCE 2
Article rédigé par
D.Sébastien, T.Simonet, P.Evêque, J.Louradour Images drone : À perte de Vues - France 2
France Télévisions

Face à la sécheresse qui frappe quasiment toute la France, il faut inventer des moyens de préserver l'eau. À Beaumont, en Ardèche, on expérimente une nappe phréatique artificielle. C'est un réservoir de 300 mètres cube enterré. Rempli à la fin du printemps, il est censé garantir de l'eau douce au village pendant tout l’été.

Dans la montagne de Beaumont (Ardèche), se trouve un trou de 30 m de long sur 10 de large. Les travaux sont bientôt terminés et l’installation prête à servir. Une nappe phréatique artificielle, une réserve d’eau remplie de cailloux afin de faire face aux épisodes de sécheresse de plus en plus fréquents. C’est une première, initiée par cette petite commune d’Ardèche. Le village de Beaumont compte 250 habitants permanents, mais l’été, avec le tourisme, ce sont plus de 1 000 personnes qui y séjournent.

Des cailloux d’origine vocalique

Au mois d’août dernier, la Mairie a dû rationner la distribution d’eau, car la source est au plus bas l’été alors que c’est le moment où la population est la plus importante. D’où l’idée d’une nappe artificielle. Le trou creusé dans la montagne est progressivement rempli de cailloux d’origine vocalique, les cailloux de pouzzolane. Cette roche limite également l’évaporation et filtre naturellement l’eau, évitant ainsi le développement de bactéries.




Parmi nos sources :
 
-          Site de l’entreprise qui a développé le système de Réservoir d’Eau enterré Plein de Sable( REEPS) :
 
http://www.energistn.com/qui-sommes-nous/
 
 
-          Photos des différentes étapes d’une réalisation de REEPS à Madagascar :
 
https://www.pseau.org/outils/ouvrages/sunthesis_construction_d_un_reservoir_d_eau_enterre_plein_de_sable_reeps_2014.pdf

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.