Le sud-est de l'Australie envahi par des souris qui grignotent tout sur leur passage

La prolifération des rongeurs peut être expliquée par les importantes précipitations tombées récemment sur l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud, après une période de sécheresse.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une souris à Marseille, en 2016. En Australie, des milliers de rongeurs ont envahi une partie de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud. (VALLAURI NICOLAS / MAXPPP)

Les images sont spectaculaires. Des régions entières de l'est de l'Australie luttent contre une invasion de souris qui ravagent les cultures, envahissent les habitations, suscitant des réactions horrifiées sur les réseaux sociaux.

Les agriculteurs de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud ont noté une "hausse spectaculaire" de ces petits rongeurs qui grouillent dans les silos à grains, les granges et les maisons, selon l'association des agriculteurs de Nouvelle-Galles du Sud. Sur des vidéos filmées par la famille Moeris, qui vit à Gilgandra, une ville située à cinq heures de route au nord-ouest de Sydney, des milliers de souris se faufilent à vive allure entre des tuyaux ou entre des machines agricoles.

Les agriculteurs redoutent que leur récolte ne soit compromise par ces petits rongeurs au pelage gris. Ils ont donc demandé au gouvernement d'autoriser en urgence l'usage d'un pesticide à base de phosphure de zinc pour éradiquer au plus vite cette population indésirable.

"La lutte est très coûteuse"

"Cela ne fait qu'empirer", a déploré le président des agriculteurs de Nouvelle-Galles du Sud, James Jackson, qui dit avoir reçu des informations faisant état de dégâts de plus en plus nombreux à travers cet Etat.

"La lutte contre les souris est très coûteuse. La gravité de ce fléau a entraîné la nécessité d'avoir recours à de multiples appâts dans les régions agricoles", a-t-il indiqué. Selon des experts, cette invasion est due à des pluies estivales inhabituellement abondantes dans l'est de l'Australie après des années de sécheresse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.