Succès des SUV : l'impact environnemental "est un critère assez mineur" pour les automobilistes, selon l'Observatoire Cetelem

Les SUV représentent 45% des immatriculations de voiture dans le monde. Un succès grandissant depuis quinze ans et qui devrait se poursuivre, selon le baromètre de l'Observatoire Cetelem.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Un SUV circule dans le centre de Paris. Photo d'illustration. (AURÉLIEN ACCART / FRANCE-INFO)

Flavien Neuvy, économiste et directeur de l'Observatoire Cetelem, a indiqué mardi 7 décembre sur franceinfo que l'impact environnemental "était un critère assez mineur" pour les propriétaires de SUV. Ces voitures, qui associent les caractéristiques des monospaces et des 4×4, rencontrent un succès grandissant en France et dans le monde, selon le baromètre de cet observatoire. 45% des immatriculations d'automobiles sur la planète sont des SUV. L'avenir semble radieux pour ces véhicules si décriés. 29% des non-possesseurs actuels en Europe sont prêts à se convertir au SUV.

franceinfo : Comment expliquer le succès des SUV en France et dans le monde ?

Flavien Neuvy : Il y a quinze ans, il n'y en avait pas. Le premier SUV a été commercialisé en 2007. En quinze ans, c'est un succès commercial qui est à la fois très spectaculaire et mondial, puisque cela représente quasiment 45% des immatriculations dans le monde. On a cherché dans cette étude à comprendre finalement pourquoi les automobilistes achetaient ces véhicules, alors qu'effectivement, dans le débat public, ils sont souvent pointés du doigt pour leur impact environnemental. Quand on regarde les critères d'achat d'un véhicule neuf d'une façon générale, les automobilistes nous disent que ce qui est important, c'est le prix, deuxièmement, c'est la qualité, la fiabilité et troisièmement, le design. Et quand on interroge les automobilistes dans 17 pays, ils nous disent que les SUV ont un très bon rapport qualité-prix et donc, ce sont les deux premiers critères d'achat. Et ensuite, on trouve le confort, l'habitacle pour les familles notamment, puisque ce sont des véhicules qui sont assez gros. Et puis, ils ont le sentiment d'être plus en sécurité dans ces véhicules qui sont plus hauts et qui sont plus gros, en quelque sorte. C'est clairement des atouts pour le SUV.

Cela veut dire que les critères environnementaux n'interviennent pas du tout ?

Quand on demande aux gens qui ont un SUV, "est-ce que vous considérez que votre voiture pollue plus que les autres voitures ?" On en a que 23% qui nous disent "oui", alors qu'un véhicule plus il est gros, plus il consomme, plus il pollue. C'est assez simple. Mais ils n'ont pas le sentiment d'être à bord d'un véhicule qui pollue plus. Et même ceux qui n'ont pas de SUV, ils ne sont que 36% à dire que cela pollue plus. C'est vrai que le critère environnemental, c'est un critère qui est assez mineur en quelque sorte aux yeux des automobilistes. En tout cas, ils ne le voient pas. Ils ne le constatent pas. Ils considèrent que ce n'est pas un vrai argument. Ils ne considèrent pas que c'est vrai. Et puis surtout, ils ont le sentiment que ce n'est pas ça qui changera les choses sur le plan environnemental. Ce n'est pas parce qu'ils rouleront dans une voiture plus petite que la planète sera sauvée. Donc, ils relativisent par rapport à l'impact environnemental réel de leur voiture.

Comment se présente le marché des SUV dans l'avenir ?

Lorsqu'on essaie de se projeter un peu, on constate que ceux qui ont un SUV sont majoritairement enclins à reprendre un SUV quand ils changeront de voiture. Et puis, un tiers de ceux qui n'ont pas de SUV aujourd'hui hésitent. Ce qui les fait hésiter, c'est le prix de vente, parce que ce sont des voitures qui sont plus chères très clairement et donc ils n'ont pas forcément les moyens d'acheter ce type de véhicule. Mais globalement, on peut penser que grâce à l'électrification à venir des marchés automobiles, puisque l'Europe a fait le choix des voitures électriques en voulant interdire purement et simplement les voitures thermiques, le SUV électrique semble promis à un bel avenir. L'image du SUV électrique, c'est l'image d'une voiture qui est plus propre, qui pollue moins, même si la voiture électrique n'est pas sans conséquence sur l'environnement mais c'est un autre sujet. En tout cas, le SUV électrique semble être une réponse finalement aux critiques liées à l'impact environnemental de ces véhicules.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pollution aux particules fines

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.