Cet article date de plus de deux ans.

Masques antipollution : "Les mesures qui vont réduire la pollution, ce sont celles qui attaqueront le problème à sa source", défend Vélo-Cité

Invité sur franceinfo mercredi, Ludovic Fouché, président de l'association Vélo-Cité, ne recommande "absolument pas" les masques antipollution utilisés par certains cyclistes en ville.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un cycliste muni d'un masque anti-pollution, place de la Concorde, à Paris. (JOEL SAGET / AFP)

Une enquête de l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) remet en cause l'utilité des masques antipollution, parfois utilisés par les cyclistes en ville. Ludovic Fouché, président de l'association Vélo-Cité, a indiqué mercredi 18 juillet sur franceinfo que son association ne les recommande "absolument pas" : "Les vraies mesures qui vont aider à favoriser les déplacements alternatifs et réduire la pollution, ce sont celles qui attaqueront le problème à sa source."

Réduire plutôt l'espace laissé à la voiture

"Ce n'est pas en palliant comme ça par des dispositifs très artificiels qu'on pourra avancer dans ce domaine-là", a estimé le président de l'association de cyclistes au sujet de la pollution, proposant à la place "de réduire l'espace qu'on laisse à la voiture dans les grandes villes". Parmi les propositions soutenues par l'association pour atteindre cet objectif, "des pistes cyclables, des secteurs à circulation apaisée, des double-sens cyclables" mais aussi des "mesures plus larges de développement des transports en commun, de parkings-relais".

Autre idée, l'aide à l'achat de vélos électriques, que Ludovic Fouché justifie par celles existant pour les voitures : "Un vélo électrique c'est un investissement assez élevé, il y a des aides pour le renouvellement des voitures, il n'y a pas de raison pour qu'il n'y ait pas d'aides aussi à l'achat pour les vélos électriques ou pour des vélos tout court."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.