La Corse sera touchée par un épisode de pollution aux particules fines à partir de samedi

Ces particules fines présentes dans l'air viennent du Sahara. Un épisode de fortes chaleurs (jusqu'à 39°C) concerne également l'île de Beauté, et devrait durer encore plusieurs jours.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ville d'Ajaccio (Corse-du-Sud) lors d'un pic de pollution, le 8 juin 2019. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

La Corse est touchée par un épisode de pollution aux particules fines en provenance du Sahara, qui a poussé l'organisme de prévision Qualitair Corse à déclencher vendredi 13 août le dispositif d'alerte à partir de samedi.

Depuis mercredi, Qualitair Corse a placé l'île de Beauté "en procédure d'informations et de recommandations en raison du passage d'un nuage de poussières désertiques entraînant des concentrations élevées en particules fines dans l'air", précise l'organisme de surveillance.

Si une accalmie dans l'épisode de pollution était prévue jeudi et vendredi, "un retour des particules" est attendu dès samedi. Il entraîne donc l'activation de "la procédure d'alerte sur persistance de la procédure d'informations et de recommandations" pour "au moins 24 heures".

Un épisode de canicule avec des températures jusqu'à 39°C

La Corse est par ailleurs en vigilance jaune canicule jusqu'à au moins samedi avec des températures maximales attendues entre 34 et 39°C. "La consommation d'électricité en Corse atteint des pics historiques en raison de la chaleur et de la fréquentation de l'île", précise EDF Corse, qui appelle "à modérer" la consommation d'électricité dans l'île "vendredi soir, ainsi que ce week-end, de 18 heures à 23 heures".

Durant ce type de phénomène, en particulier en cas de gêne respiratoire ou cardiaque, il est recommandé de limiter les émissions d'origine automobile, industrielle, artisanale et domestique, de privilégier les sorties brèves, de réduire les activités physiques et sportives intenses.

Qualitair Corse recommande au public de prendre conseil auprès de son médecin pour savoir si un traitement médical doit être adapté le cas échéant. L'organisme rappelle que même si ces poussières sahariennes sont d'origine naturelle, elles présentent un risque pour la santé notamment pour les personnes sensibles et vulnérables.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pollution aux particules fines

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.