Pollution : la circulation différenciée instaurée à Paris et Lille

La pollution stagne depuis quelques jours au-dessus des villes. Paris et Lille (Nord) interdisent la circulation des voitures polluantes mercredi 27 février.

France 3

Une nappe grisâtre dans le ciel de Paris. Depuis quelques jours, la capitale fait face à un pic de pollution aux particules fines qui dépasse les seuils d'alerte. Conséquence : mercredi 27 février, la circulation sera restreinte à l'intérieur de l'A86, à Paris et en proche banlieue. Seuls les véhicules disposant d'une étiquette Crit'Air 0, 1,2 ou 3 pourront circuler. Les voitures diesel d'avant 2006 et les essence d'avant 1997 sont interdites de circulation.

Une première à Lille

"Il aurait fallu prendre des interdictions plus grandes parce que vraiment il y a des difficultés à respirer", témoigne un automobiliste au micro de France 3. Les contrevenants s'exposent à une amende forfaitaire de 68 euros. Les autorités n'hésiteront pas à sanctionner. Pour favoriser l'usage des transports en commun, un forfait unique à 3,80 euros sera proposé dans toute l’Île-de-France et le covoiturage sera gratuit. A Lille et ses environs (Nord), les mêmes interdictions sont mises en place pour la première fois, mais beaucoup d'automobilistes n'ont pas encore la vignette Crit'Air. En Île-de-France, dans le Nord et dans le Rhône, les limitations de vitesse restent abaissées de 20 km/h. Dès jeudi, la pluie et le vent devraient mettre fin à cet épisode de pollution.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des voitures circulent près de l\'Arc de triomphe, à Paris, un jour de pic de pollution aux particules fines, le 23 janvier 2017.
Des voitures circulent près de l'Arc de triomphe, à Paris, un jour de pic de pollution aux particules fines, le 23 janvier 2017. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)