Pollution : la Chine toujours en alerte rouge

L'air est irrespirable en ce moment à Pékin et dans 24 villes du nord de la Chine. C'est le quatrième jour et ce lundi 19 décembre au soir, on atteint un pic de particules fines par endroits 100 fois plus élevé que la norme OMS.

FRANCE 3

Un brouillard épais et toxique, la Chine est depuis quatre jours en alerte pollution maximale. Un nuage de particules fines recouvre une partie du pays. Dans le nord, on a relevé jusqu'à 1 000 microgrammes par mètre cube, c'est 100 fois plus que le seuil fixé par l'OMS. Pour les habitants de Pékin, le masque est de rigueur. "On fait attention, ce n’est vraiment pas bon pour la santé", explique une femme.

Alerte rouge anti-pollution décrétée jusqu'à mercredi

Face à ce pic de pollution sans précédent, le gouvernement a pris des mesures drastiques : les autoroutes et les aéroports sont fermés. Ce lundi 19 décembre, les enfants sont restés à la maison. Les écoles primaires et maternelles ont gardé porte close. Tous les établissements scolaires sont fermés jusqu'à mercredi. Autour de Pékin, 1 200 usines ont arrêté leur production. D'autres tournent à bas régime. Une mesure exceptionnelle dans un pays qui est l'un des plus gros pollueurs au monde. "Il y a désormais de nombreuses preuves qui montrent que le charbon est la principale source de pollution en Chine", assure Dong Liansai, représentant de Greenpeace. L'alerte rouge anti-pollution est décrétée jusqu'à mercredi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un épais brouillard de pollution recouvre Pékin (Chine) où l\'on peine à distinguer les contours des bâtiments, le 16 décembre 2016.
Un épais brouillard de pollution recouvre Pékin (Chine) où l'on peine à distinguer les contours des bâtiments, le 16 décembre 2016. (JASON LEE / REUTERS)