La tempête Miguel arrive : "On devrait localement battre des records de rafales de vent pour un mois de juin"

Des rafales à 110 km/h sont attendues sur les côtes de Charente-Maritime, ou de Vendée, selon Etienne Kapikian, prévisionniste à Météo France.

La Vendée, concernée par la tempête Miguel, a déjà été touchée par le passage de Gabriel, comme ici aux Sables-d\'Olonne, le 29 janvier 2019.
La Vendée, concernée par la tempête Miguel, a déjà été touchée par le passage de Gabriel, comme ici aux Sables-d'Olonne, le 29 janvier 2019. (MAXPPP)

Vous reprendrez bien un peu d'hiver avant l'été ? Alors que les températures jouent aux montagnes russes depuis le début du mois, une véritable tempête doit passer par la France. Des rafales de vent dépassant les 100 km/h et rarissimes pour la saison vont balayer, vendredi 7 juin, l'ouest de France jusqu'à la région parisienne. Pour savoir ce que nous réserve cette tempête baptisée Miguel par les services météorologiques espagnols (et si les matchs de Roland-Garros risquent ou non d'être annulés), franceinfo a interrogé Etienne Kapikian, prévisionniste à Météo France.

Franceinfo : A quoi faut-il s'attendre pour la journée de demain ?

Etienne Kapikian : Nous allons assister à un fort coup de vent, qu'on peut qualifier de tempête, et qui est vraiment inhabituel pour la saison. Si nous étions en plein milieu de l'hiver, cela serait assez banal, mais en juin, c'est plus notable. Les arbres sont en feuilles, et donc peuvent être plus affectés par les rafales.

Concrètement, les vents vont atteindre 100 à 110 km/h sur le centre-ouest du pays. On attend par exemple des rafales à 110 km/h sur les côtes de Charente-Maritime ou de Vendée, quand les 100 km/h pourront être atteints en Loire-Atlantique, en Gironde et à l'intérieur des terres en Poitou-Charentes et en Touraine. On incite vraiment à la prudence et à la vigilance dans ces cas-là.

Avec ce type de rafales, on peut redouter des dégâts matériels comme des chutes de branches voire d'arbres. Les structures fragiles peuvent également être endommagées.Etienne Kapikianà franceinfo

On peut également s'attendre à un ciel de traîne instable sur le tiers nord-ouest du pays, avec parfois des averses à caractère orageux. En Bretagne, les averses devraient être plus durables. Quelques orages pourront aussi se développer dans l'après-midi dans les régions de l'est. Du côté des Pyrénées, de la Méditerranée et plus largement au sud des Alpes, le temps sera en revanche plus classique. La Provence devrait connaître une assez belle journée et il fera chaud en Corse.

En quoi cette tempête est-elle si particulière à cette période de l'année ?

Cette dépression est vraiment surprenante par son intensité. On a davantage l'habitude de voir ce type de tempête entre octobre et mars. L'activité dépressionnaire est vraiment supérieure à la normale : on assiste à un conflit de masses d'air important entre l'air frais de l'Atlantique et un air plus chaud venu de la péninsule ibérique. Ce type de tempête n'est vraiment pas fréquent, mais n'est pas inédit non plus. 

Le dernier coup de vent de cette intensité survenu en juin remonte à 32 ans, en 1987 !Etienne Kapikianà franceinfo

Plus loin encore, on a connu des épisodes similaires le 12 juillet 1961 et le 9 juin 1954. Sur certaines stations, on devrait battre des records de rafales de vent pour un mois de juin.

Faut-il craindre des interruptions de match à Roland-Garros ?

Ce n'est pas moi qui décide ! La région parisienne ne sera pas la plus touchée mais des vents soufflants jusqu'à 90 km/h sont attendus entre le milieu et la fin d'après-midi. Je ne sais pas si le vent peut entraîner des interruptions de rencontres, mais des passages pluvieux pourront perturber l'après-midi. Mais la situation ne sera pas la même que mercredi [où aucun match du tournoi en simple n'avait pu démarrer en raison de la pluie] : il y aura des accalmies entre les averses.

Ces intempéries vont-elles se prolonger durant le week-end ?

Vendredi, dès la soirée, les vents vont s'amortir en se repliant vers la Manche et le Pas-de-Calais. Samedi, le vent sur le Pas-de-Calais devrait souffler à 80 km/h environ, mais rien de dangereux. Dimanche, il n'y aura plus de vent notable.

Le week-end sera un peu mitigé, mais pas catastrophique : sur le nord-ouest, on alternera entre nuages, éclaircies et quelques averses. Plus au sud, et jusqu'au centre-est, on devrait avoir un beau samedi. Dimanche, le temps devrait être variable mais plutôt agréable, puisqu'il n'y aura pas beaucoup de précipitations en dehors des Alpes et du nord-ouest. Les températures devraient être un peu faibles pour la saison sur la moitié nord, et plus proches des moyennes de saison au sud.