Cet article date de plus de quatre ans.

La Haute-Corse placée en vigilance orange aux vents violents

Météo France a placé le département de la Haute-Corse en vigilance orange aux vents violents, vendredi. Des rafales à 167 km/h ont été enregistrées au Cap Corse, d'importants coups de vent sont attendus sur Bastia dans l'après-midi.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
De fortes rafales de vent ont déjà traversé le Nord de la France dans la nuit du 12 au 13 janvier. Ici, à Amiens. (FRED DOUCHET / MAXPPP)

Météo France a placé la Haute-Corse en vigilance orange aux vents violents, vendredi 13 janvier, à 10 heures. La surveillance court jusqu'à 17 heures.

Des rafales à 167 km/h ont été relevées au Cap Corse, au Cap Sagro, elles atteignent 146 km/h, indique le communiqué. Dans les autres secteurs de l'île, le vent est moins violent, il souffle entre 80 et 100 km/h, des pointes à 110 km/h ont été enregistrées sur la côte de la Balagne.

De forts coups de vent attendus sur Bastia

Les vents vont se renforcer à la mi-journée sur l'ensemble des massifs centraux, en Balagne, et surtout sur la région du Cap Corse, prévoit Météo France. Il va prendre progressivement une orientation à l'ouest/nord-ouest, ce qui va favoriser le débordement du vent sur la région bastiaise.

La ville et le site de l'aéroport, ainsi que, la plaine du Golo vont être touchés. Le vent finira par nettement faiblir en fin d'après-midi sur l'est, puis sur l'ouest du département en début de soirée. 

Dans la nuit du jeudi 12 au vendredi 13, c'est la partie nord de la France, ainsi que l'ouest, qui ont été touchées par des vents violents. Ils ont notamment privé 230 000 foyers d'électricité. Huit départements de l'Est ont été placés en vigilance orange à la neige et au verglas, à midi. Il s'agit des Ardennes, de la Haute-Marne, la Meuse, la Côte-d'Or, le Doubs, le Jura, la Haute-Saône et du Territoire de Belfort.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Intempéries

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.