Intempéries : la façade ouest et le sud-est de la France balayés par des vents violents et de fortes pluies

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Intempéries : la façade ouest et le sud-est de la France balayés par des vents violents et de fortes pluies
Intempéries : la façade ouest et le sud-est de la France balayés par des vents violents et de fortes pluies Intempéries : la façade ouest et le sud-est de la France balayés par des vents violents et de fortes pluies (France 2)
Article rédigé par France 2 - D. Schlienger, N. Fleury, E. Tymen, France 3 Régions, H. Horoks
France Télévisions
France 2
Six départements sont placés en vigilance crues, lundi 26 février. En Bretagne, les vents violents ont entraîné de grosses perturbations sur le trafic ferroviaire, et dans les Alpes-Maritimes, une route de Nice s'est effondrée avec les pluies importantes.

Le sol s'est dérobé, effondré avec les fortes pluies. Une route de Nice (Alpes-Maritimes) est coupée en deux. Heureusement, aucune voiture ne passait à ce moment-là. Plusieurs maisons sont désormais isolées. Les équipes de la mairie sont obligées d'intervenir en de nombreux points. Les intempéries touchent le Sud-Est, mais aussi toute la façade Ouest. À Asnelles (Calvados), des vagues de plusieurs mètres de haut se fracassent sur les côtes. La jetée a très vite été inondée. Ici, le vent souffle à plus de 100 km/h.

Des glissements de terrain en Gironde

Les rafales provoquent des dégâts. En Bretagne, un arbre est tombé sur une caténaire entre Guingamp (Côtes-d'Armor) et Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), vers 7h30, dans la matinée du lundi 26 février. Tous les trains régionaux sont à l'arrêt. Des bus de substitution ont été mis en place. Six départements ont été placés en vigilance crues. Plusieurs cours d'eau débordent. À Saint-Mariens (Gironde), l'eau n'est plus qu'à 15 centimètres de la maison de certains habitants. Dans ce département aussi, les fortes pluies ont provoqué des glissements de terrain.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.