Intempéries dans le Sud-Est : les secouristes décédés étaient dans un hélicoptère de la Sécurité civile

La Sécurité civile en France compte une trentaine d'hélicoptères du genre, en alerte 24 heures sur 24. L'un de ces engins s'est abîmé dans la nuit du dimanche 1er décembre au lundi 2 décembre.

FRANCE 2

En plateau, la journaliste de France Télévisions Alix Dauge revient lundi 2 décembre sur la mission des hélicoptères de la Sécurité civile, alors qu'un de ces engins s'est abîmé dans la nuit de dimanche à lundi dans le sud-est de la France, faisant trois morts. "Ces trois hommes étaient partis pour une opération de secours, c'est leur mission principale. À bord, il y avait donc le pilote, un mécanicien opérateur et un pompier des Bouches-du-Rhône", rappelle la journaliste. Ils étaient à bord de ces hélicoptères très reconnaissables de la Sécurité civile, en raison de leurs couleurs rouge et jaune. "On les appelle les Dragons, il en existe 35", précise Alix Dauge.

10 000 personnes secourues

Dimanche, il s'agissait du Dragon numéro 30. Ces engins sont à disposition à la fois des sapeurs-pompiers, du SAMU, de la police et de la gendarmerie. Ils sont en alerte 24 heures du 24 et sept jours sur sept. Au total, il y a 23 bases d’hélicoptères en métropole et deux en Outre-mer. Près de 300 travaillent sur ces bases et ces hélicoptères permettent de porter secours à 10 000 personnes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un hélicoptère de la sécurité civile, en juin 2016. 
Un hélicoptère de la sécurité civile, en juin 2016.  (MATTHIEU ALEXANDRE / AFP)