Inondations : en visite dans les Pyrénées, Hollande promet l'état de catastrophe naturelle

Présent au côté du président, Manuel Valls a précisé qu'il serait reconnu "avant la fin de la semaine prochaine"

Le président de la République, François Hollande, arpente une rue de Saint-Béat (Haute-Garonne), le 20 juin 2013.
Le président de la République, François Hollande, arpente une rue de Saint-Béat (Haute-Garonne), le 20 juin 2013. (PASCAL PAVANI / AFP)

Les pieds dans la boue. François Hollande s'est rendu, jeudi 20 juin, dans plusieurs communes touchées par les inondations dans le Sud-Ouest. S'adressant aux habitants après avoir arpenté un camping de Saint-Béat (Haute-Garonne), le président de la République a annoncé avoir demandé au Premier ministre de prendre des arrêtés de catastrophe naturelle.

Présent à ses côtés, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a précisé que l'état de catastrophe naturelle serait reconnu "avant la fin de la semaine prochaine" pour les Hautes-Pyrénées, la Haute-Garonne et "tous les départements et territoires" frappés par les crues.

Il y a "urgence pour sauver et réparer"

Le chef de l'Etat, également accompagné de la ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, a déclaré qu'il fallait "maintenant aller très vite pour réparer, remettre en état". "S'il y a un symbole à attacher à ma présence ici, c'est de montrer que l'Etat est présent quand il s'agit de répondre à l'urgence et d'être solidaire", a-t-il indiqué. 

France Télévisions

"On ne peut pas attendre, il y a urgence pour sauver et pour réparer", a affirmé François Hollande, interrogé par la presse dans les rues de Saint-Béat, avant de participer a une réunion à la mairie. "Il y a du travail à faire et il convient d'aller très vite" a-t-il ajouté à propos des réparations.

A Saint-Béat, l'aide est venue de la population de villages voisins pour évacuer la boue, nettoyer les rues et maisons. Une solidarité qui est la bienvenue, face à la détresse de certains habitants découvrant l'ampleur de la catastrophe. 

France 2 - Murielle Lassaga et David Breysse