Climat : vers des inondations à répétition dans le futur ?

Des tempêtes à répétition sur la Bretagne, l'Angleterre les pieds dans l'eau et un dôme glacial sur les Etats-Unis. Rares sont ceux qui expliquent l'ensemble de ces phénomènes par les changements climatiques. Mais la plupart correspond aux prévisions du Giec. Et le climatologue Jean Jouzel s'inquiète pour le futur...

(Maxppp)

Alors qu'une nouvelle
tempête, Ulla, en provenance de l'Atlantique, se prépare à arroser à nouveau la Grande-Bretagne et l'ouest de la France, le climatologue Jean Jouzel, co-lauréat du prix Nobel de la paix avec le Giec, note le caractère exceptionnel de cet hiver : "Dans la durée, dans les quantités de précipitations, et
surtout dans cette douceur, c'est vraiment exceptionnel et on comprend bien que
c'est un des problèmes auquel l'Angleterre risque de faire face". 

Car "même s'il n'y
a pas plus de tempêtes, il risque d'y avoir plus de précipitations l'hiver. Ainsi qu'une augmentation de l'intensité des précipitations, c'est à dire 
la même quantité en moins de temps, ce qui favorise les
inondations parce que ça n'aide pas à l'écoulement des eaux".

Et à cette densité plus importante s'ajoute l'élévation du niveau de la mer.

"Tout cela fait que ces inondations à répétitions sont plutôt à
craindre dans le futur". 

Un hiver doux et pluvieux en Europe de l'ouest et glacial aux Etats-Unis, ce qui ne simplifie pas les explications : " De l'autre côté, on a cette vague de froid du côté des Etats-Unis
qui fait qu'on ne peut pas relier cette douceur exceptionnel au réchauffement climatique"
ajoute Jean Jouzel.

Reste que cette augmentation des précipitations en Europe du nord, c'est bien ce que prévoit le Groupe inter-gouvernemental sur le climat  dans ses rapports.

A LIRE AUSSI ►►► Les différents scénarios du réchauffement
climatique

A LIRE AUSSI ►►► Grandes marées : l'inéluctable recul du littoral d'Aquitaine