Afrique australe : la tempête Ana laisse des dizaines de milliers de sinistrés derrière elle

Au total, 86 personnes sont mortes à Madagascar, au Mozambique et au Malawi, selon les derniers bilans des autorités.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des habitants marchent dans une rue inondée à Antananarivo (Madagascar), le 24 janvier 2022. (RIJASOLO / AFP)

Les trombes d'eau se sont enfin calmées. Mais la tempête Ana, qui a frappé trois pays d'Afrique australe, a laissé derrière elle des dizaines de milliers de personnes sans toit et de vastes zones coupées de tout par les inondations, vendredi 28 janvier. Au total, 86 personnes sont mortes à Madagascar, au Mozambique et au Malawi, selon les derniers bilans des autorités. Les secours luttent toujours pour accéder à certains endroits, de nombreuses routes sont coupées, des ponts se sont effondrés.

Au Malawi, où 20 personnes ont été tuées, les routes impraticables obligent les familles à transporter les cadavres à pied jusqu'à l'endroit où ils seront enterrés. L'état de catastrophe naturelle y a été déclaré. Une partie du pays est toujours dans le noir, la soudaine montée des eaux ayant forcé l'arrêt des générateurs. Les compagnies d'électricité s'efforcent de rétablir le courant dans les hôpitaux et les écoles.

Le plus lourd bilan à Madagascar

A Madagascar, la tempête a aussi déclenché de fortes pluies sur la Grande Ile, provoquant inondations et glissements de terrain. Quarante-huit personnes y ont été tuées, 130 000 sont sinistrées. Au moins 72 000 personnes ont perdu leur maison. Dans la capitale malgache, Antananarivo, des gymnases et des écoles ont été réquisitionnés et transformés en hébergement d'urgence. Environ 20 000 personnes avaient commencé à rentrer chez elles vendredi.

Dans le nord et le centre du Mozambique enfin, 18 morts ont été signalés. Selon l'Unicef, 10 500 maisons ont été endommagées, ainsi que 12 centres de santé et 137 écoles. A l'issue d'une visite dans la région, le Premier ministre mozambicain, Carlos Agostinho do Rosario, s'est dit choqué de voir que même des ponts récents s'étaient effondrés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Intempéries

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.