Cet article date de plus de sept ans.

Coup de vent et vagues attendues sur la façade Ouest

Le drapeau orange de la vigilance va à nouveau flotter sur l'Ouest de la France. La méfiance, à partir de la nuit de jeudi, à vendredi concerne les fortes vagues du Finistère aux Pyrénées-Atlantiques. Les grandes marées risquent d'être violemment poussées vers un littoral déjà fragilisé ces dernières semaines. 
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (IDÉ)

La Bretagne va offrir un
magnifique spectacle en fin de semaine avec de forts coefficients de marées. Mais
sous un vent de Nord-Ouest, les vagues pourraient violemment balayer les côtes et aggraver les attaques des tempêtes hivernales. La prudence est conseillée de
la Manche aux Pyrénées-Atlantiques, jusqu'à vendredi soir, avec une alerte plus pointue lancée par Météo-France sur
six départements de la façade Ouest,
 les Côtes d'Armor, le Finistère, la Charente-Maritime, la Gironde, les Landes et les Pyrénées-Atlantiques. 

Un littoral abîmé par
les tempêtes

Parmi les communes du
Nord Finistère frappées par les assauts des tempêtes depuis décembre : Guissény-sur-Mer,
entre Brest et Roscoff. Son atout naturel pour séduire les touristes, c'est sa
longue plage de sable, reconnu dit-on à la mairie comme étant le plus blanc et le plus fin
d'Europe. Cette Côte des Légendes se prépare aux grandes marées : un
coefficient de 112 samedi, et même 115 dimanche.

La promesse d'un spectacle
grandiose est toutefois un peu gâché par le risque de submersion, des attaques
de vagues sur une digue abimée ces dernières semaines par les tempêtes. La digue
et au-delà,  les dunes sont surveillées par la mairie, d'autant que derrière, plusieurs maisons sont construites en dessous du niveau de la mer. Nicolas Loncle
est chargé de mission, il assure que la mairie de Guissény-sur-Mer a identifié "les habitations potentiellement menacées."

La digue de Guissény-sur-Mer
a été inspectée et des brèches repérées. Des travaux sont en cours, mais c'est plutot
du côté de la dune que regardent les habitants.

"On risque de
perdre encore de la dune, ça n'est pas la digue qui va lâcher la première, c'est
la dune."

Les grandes marées n'ont pas fini d'inquiéter le littoral breton. L'année
2014 est exceptionnelle avec 42 marées aux coefficients supérieurs à 100.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Grandes marées

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.