Cet article date de plus de cinq ans.

L'ouragan Matthew a fait près de 900 morts en Haïti

Il longe désormais les côtes de Floride, où il a fait au moins deux morts, selon un bilan provisoire. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ville de Jeremie, en Haïti, dévastée par l'ouragan Matthew, le 6 octobre 2016. (LOGAN ABASSI / UN/MINUSTAH / AFP)

Trois jours après le passage Matthew en Haïti, le bilan ne cesse de s'alourdir.  L'ouragan, qui longe désormais les côtes de Floride, a fait au moins 842 morts et des milliers de sans-abri dans l'île, selon un dernier bilan communiqué par les équipes de la Protection civile, vendredi 7 octobre, à l'agence Reuters.

Les informations continuent à arriver des villages haïtiens isolés par les inondations et les glissements de terrain. Mais l'agence centrale de la protection civile, qui met plus de temps à rassembler les informations, parle pour le moment de 271 morts et de 61 500 sans-abri. 

Les côtes de Caroline du Sud touchées samedi

Le gouvernement avait évalué jeudi à 350 000 le nombre de sinistrés ayant besoin d'une aide immédiate. La France a annoncé vendredi la mobilisation de "tous les moyens disponibles" pour aider Haïti, dont les habitants se relèvent à peine du tremblement de terre de 2010 qui a fait 200 000 morts.

En Floride, le passage de l'ouragan Matthew a provoqué la mort d'au moins deux personnes. Un homme et une femme victimes d'un malaise à domicile n'ont pas pu être pris en charge à temps, les équipes de secours étant bloquées par les vents violents.

 L'ouragan pourrait atteindre samedi les côtes de Caroline du Sud. Le président Barack Obama a appelé ses compatriotes à "suivre les instructions des autorités locales pendant les 24, 48, 72 prochaines heures". Le service de météorologie nationale estime que Matthew pourrait être la tempête la plus violente à s'abattre sur le nord-est de la Floride en 118 ans. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ouragan Matthew

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.