Cet article date de plus de quatre ans.

Ouragan Irma : une catastrophe économique pour des zones vivant surtout du tourisme

Les dégâts causés par l'ouragan Irma représentent une catastrophe économique pour les îles des Caraïbes les plus touchées qui vont être boudées par les touristes, selon des professionnels français du secteur.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Devant l'hôtel Mercure de Marigot, à Saint-Martin, l'ouragan Irma a arraché les palmiers, mercredi 6 septembre 2017. (LIONEL CHAMOISEAU / AFP)

Alors que les bilans humain et matériel ne sont pas encore déterminés, les conséquences économiques de l'ouragan Irma semblent déjà catastrophiques pour les îles de Saint-Barthélemy et Saint-Martin. Jeudi 7 septembre, des professionnels français du tourisme s'inquiètent des conséquences dramatiques sur le secteur. 

Paysages défigurés, infrastructures dévastées, parc hôtelier sinistré... Après le passage de l'ouragan de catégorie 5, les dégâts sont importants sur ses deux îles prisées des vacanciers fortunés. 

Une "double peine" pour les zones sinistrées 

"Pour ces îles, ça va être une catastrophe, elles vivent essentiellement du tourisme", a estimé Didier Arino, directeur du cabinet d'études Protourisme. "Or, la première réaction du vacancier, c'est 'on change de destination'". C'est d'autant plus vrai que les touristes qui fréquentent ces endroits sont souvent "des gens riches qui ont largement la possibilité d'aller ailleurs".

Selon le PDG de Voyageurs du monde, Jean-François Rial, les zones sinistrées vont subir une "double peine". Non seulement il va falloir réparer les dégâts, mais en plus "les gens vont éviter ces destinations parce que ça va leur faire peur" au moment où justement ces territoires auraient le plus besoin de recettes touristiques. "Quelqu'un qui a la possibilité de choisir entre 30 destinations, il ne va pas aller dans celle où il pense que tout est dévasté", a-t-il expliqué.

Pour Gilbert Cisneros, président du voyagiste Exotismes, spécialiste des destinations tropicales, l'ampleur du désastre place les deux îles dans une situation inédite : "Ça fait 30 ans que je fais ce métier, nous avons connu d'autres procédures cyclones avec quelques arbres cassés, mais jamais on a eu ce niveau de dégâts", a-t-il assuré. 

En 2014, Saint-Martin a accueilli 2,5 millions de visiteurs, selon l'Insee, essentiellement des croisiéristes américains qui fréquentent la partie néerlandaise de l'île. Saint-Barthélemy, repaire de riches célébrités comme Johnny Hallyday, Steven Spielberg ou Beyoncé, vit du tourisme de luxe et a accueilli 334 000 visiteurs en 2013, selon le Comité territorial du tourisme.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.