New York paralysée par l'ouragan Sandy

L'état d'urgence a été déclaré avant l'arrivée de l'ouragan. Près de 400 000 personnes sont en cours d'évacuation, le métro est fermé et les New-Yorkais font leurs provisions.

Les New-Yorkais ont surnommé l\'ouragan Sandy \"Superstorm\", \"Frankenstorm\" ou encore \"Monsterstorm\" (\"tempête monstre\") en hommage à la fête d\'Halloween, le 31 octobre 2012.
Les New-Yorkais ont surnommé l'ouragan Sandy "Superstorm", "Frankenstorm" ou encore "Monsterstorm" ("tempête monstre") en hommage à la fête d'Halloween, le 31 octobre 2012. (KEVIN LAMARQUE / REUTERS)

AMERIQUES - L'ouragan Sandy approche des côtes et New York se prépare. Le maire de la ville, Michael Bloomberg, a ordonné dimanche 28 octobre l'évacuation de 375 000 habitants résidant dans des zones inondables de la ville. Le président américain Barack Obama a exhorté les Américains à prendre la menace "très au sérieux". Il a annulé un déplacement de campagne en Floride pour suivre l'évolution de la situation.

Compte tenu de son étendue et des vents qui soufflent jusqu'à 800 km de l'œil du cyclone, les New-Yorkais ont surnommé cet ouragan "Superstorm", "Frankenstorm" ou encore "Monsterstorm" ("tempête monstre") en hommage à la fête d'Halloween, mercredi 31 octobre. Francetv info dresse un état des lieux.

L'Etat d'urgence décrété dans l'Etat de New York

Le gouverneur de l'Etat de New York, Andrew Cuomo, a décrété l'état d'urgence pour l'ensemble des 62 comtés, y compris celui de la "Big Apple". Selon certaines prévisions, Sandy, un ouragan de catégorie 1 (sur 5) sur l'échelle Saffir-Simpson, pourrait toucher terre non loin de là, juste au sud, entre le Delaware et le New Jersey, probablement mardi. Le New York Times a mis en ligne une carte interactive de sa progression. 

L'équipage de 17 personnes d'un trois-mâts en perdition au large de la Caroline du Nord (sud-est des Etats-Unis) a abandonné son navire lundi sur la route de l'ouragan. Un spécialiste de la météo du Washington Post a admis n'avoir "jamais vu" pareilles prévisions : "On entre là dans un terrain inconnu", a-t-il ajouté. L'ouragan a d'ailleurs déjà tué plusieurs dizaines de personnes dans les Caraïbes.

APTN

Le réseau de transports en commun à l'arrêt

Tous les transports en commun de la ville de New York – métro, bus, trains – se sont arrêtés dimanche soir. Outre le métro, le plus fréquenté du pays, la ville aux huit millions d'habitants a également décrété la fermeture des parcs, des aires de jeux et des plages dimanche après-midi.

Des milliers de vols annulés

L'approche de l'ouragan a provoqué l'annulation de 7 400 vols intérieurs et internationaux pour dimanche et lundi, principalement dans les aéroports de New York, Washington et Philadelphie. Air France a annulé tous ses vols prévus lundi vers New York et Washington. L'aéroport de New York devait cependant rester ouvert dimanche selon les autorités, qui ont averti les voyageurs de possibles perturbations.

La compagnie britannique British Airways a de son côté annoncé lundi "l'annulation de tous ses vols à destination ou en provenance de la côte est, dont New York, Baltimore, Washington, Boston et Philadelphie", soit au total une vingtaine de vols aller-retour.

La Bourse de New York fermée

Wall Street est fermée lundi et probablement mardi, ont annoncé dimanche soir les opérateurs de marchés Nyse Euronext et Nasdaq OMX. La dernière fois que Wall Street a décidé d'une fermeture exceptionnelle, c'était après les attentats du 11 septembre 2001. Et il faut remonter à 1985 pour trouver une autre clôture du marché pour cause d'ouragan. Les autres Bourses américaines devraient elles rester ouvertes.

Les New-Yorkais dévalisent les supermarchés

"Juste au cas où, j'achète des choses de base : de l'eau, des bougies, des piles et de la nourriture non périssable", a expliqué à l'AFP Sandra Martinez, femme de ménage de 35 ans. Si les magasins ne semblaient pas autant pris d'assaut qu'avant l'ouragan Irene l'an passé, les bouteilles d'eau s'arrachaient.

Les autorités s'efforcent de ne pas céder à la panique. "Avec cette tempête, on verra plus probablement une lente montée des eaux qu'une montée soudaine (…) comme pour Irene", estime le maire, qui s'attend tout de même à une "montée des eaux importante". Les services de la ville se tenaient prêts tant au niveaux des hôpitaux que des centres d'hébergement. "Nous avons 65 centres d'hébergement dans des écoles publiques de la ville, avec tout le personnel et les fournitures qu'il faut", a fait savoir Michael Bloomberg.

EVN

Les écoles et les entreprises étaient également sur le qui-vive, s'attendant à des changements d'horaires voire à des fermetures et annulations d'événements.

La statue de la Liberté scrutée

Située en pleine zone à risque, au sud de Manhattan, la statue de la Liberté, gérée par le service des parcs nationaux, pourrait elle aussi souffrir de l'ouragan. Après un an de travaux de rénovation, elle a rouvert dimanche au public sa couronne aux sept pointes. "Nous surveillons la tempête de très près. Quand on aura davantage d'informations plus précises, on prendra une décision", a indiqué la porte-parole du monument symbolique de New York, Mindi Rambo. Les services de ferry en direction de la statue et d'Ellis Island ont d'ores et déjà été annulés pour lundi et mardi.

 

L'ouragan Irene, qui avait frappé l'est des Etats-Unis en août 2011, est encore présent dans les esprits des New-Yorkais. Il avait fait 47 morts et provoqué quelque 10 milliards de dollars de dommages, frappant particulièrement la zone du nord de l'Etat de New York et le Vermont. Avant cela, le dernier ouragan à avoir laissé de mauvais souvenirs aux habitants de la Big Apple était Gloria, en 1985.