VIDEO. "Il faut accepter la souffrance" : ce chercheur a parcouru le désert le plus chaud et sec du monde

L’humain peut-il s’adapter et vivre dans des conditions extrêmes ? C’est ce qu’a tenté de déterminer le chercheur et explorateur français Christian Clot. 

Voir la vidéo
brut

Résister voire s’adapter aux conditions les plus extrêmes de la planète. C’est la mission que s’était fixée l’explorateur Christian Clot. Celui qui est aussi chercheur a donc parcouru les quatre lieux aux conditions les plus extrêmes - chaud-sec, froid-sec, chaud-humide, froid-humide - pour tenter d’avoir des réponses. 

Dans le désert du Dasht-e Lut, en Iran, les températures sont si élevées que le corps n’est plus capable de "transpirer encore correctement". Boire de l’eau pendant la journée est donc inutile puisque la déperdition est "énorme". Dans ce cas particulier, il faut donc être stratège afin de s’hydrater. "Il faut accepter la souffrance de la journée et attendre la nuit pour à la fois se reposer un peu et enfin boire et se réhydrater", explique-t-il. 

La puissance du mental

Alors qu’il se trouvait dans cet endroit où "le corps ne fait que souffrir", Christian Clot n’a pu compter que sur une chose : son mental. "Il faut trouver la puissance mentale, la capacité de trouver en soi la force de tenir", raconte le chercheur. 

D’ailleurs, avec 6 à 7 kilos perdus à ce moment-là, Christian Clot a souvent cru que la fin était proche. "J’ai plusieurs fois eu l’impression que c’était ma dernière minute tellement la douleur devenait importante durant la journée", confie-t-il encore. 

VIDEO. Pour comprendre la capacité d’adaptation du corps humain, ce chercheur a parcouru le désert le plus chaud et sec du monde
VIDEO. Pour comprendre la capacité d’adaptation du corps humain, ce chercheur a parcouru le désert le plus chaud et sec du monde (BRUT)