VIDEO. La fonte des glaces en Antarctique force une station scientifique britannique à déménager

En octobre 2016, une fissure, baptisée "Halloween Crack" (la faille Halloween), est apparue dans la plateforme glaciaire, à environ 17 km au nord de la station de recherche Halley VI. 

Voir la vidéo
FRANCEINFO

La glace de l'Antarctique se fissure. Une station britannique située sur la barrière de Brunt, en bordure du continent blanc, va être déplacée, selon le British Antarctic Survey (BAS), un organisme de recherche sur les zones polaires. Les scientifiques craignent que la station Halley VI ne se retrouve sur un iceberg à la dérive, à la suite de la fonte des glaces, a-t-on appris lundi 16 janvier.

La barrière de Brunt est une étendue de glace d'eau douce de 130 mètres d'épaisseur, reliée aux glaciers du continent, qui l'alimentent. Cette gigantesque étendue de glace déborde sur l'océan. En 2012, une première fissure dans la barrière a été identifiée. Le 31 octobre dernier, une nouvelle crevasse, baptisée "Halloween Crack", a également été détectée, à environ 17 km au nord de la station de recherche. Les glaciologues suivent la progression de la faille en collaboration avec l'Agence spatiale européenne. Ils l'ont filmée grâce à un drone.

Lors de cet été austral, le gouffre, qui ne cesse de s'élargir, menace de couper l'accès des scientifiques britanniques au continent antarctique, raconte la BBC (en anglais).

Seize personnes vont quitter la station

A la pointe nord de l'Antarctique, le gigantesque iceberg baptisé "Larsen C" pourrait lui aussi se détacher

"Il n'y a pas de risque dans l'immédiat pour les personnes travaillant sur la station, ou pour la station elle-même, a précisé le BAS. Néanmoins, l'incertitude sur ce qui pourrait arriver à la glace lors de l'hiver antarctique est assez grande pour que le BAS décide de changer ses dispositions."

Seize personnes qui devaient y passer l'hiver antarctique, de mars à novembre, doivent maintenant quitter la station. Un déplacement de l'équipe au cours de cette période est exclu en raison, notamment, de l'obscurité permanente qui règne alors et des températures extrêmement basses.

La faille sur la barrière de Brunt, en Antarctique, en janvier 2017.
La faille sur la barrière de Brunt, en Antarctique, en janvier 2017. (ANTARCTIC SURVEY / YOUTUBE)