Vidéo ISF climatique : Yannick Jadot prévoit un "malus" pour les plus riches qui financent "par exemple les projets de Total"

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

"Les patrimoines financiers aujourd'hui sont la principale raison pour laquelle les plus riches émettent cinq fois plus de CO2 que les Français en moyenne", accuse le candidat EELV à la présidentielle.

"Vous aurez un malus si votre patrimoine financier participe par exemple aux projets de Total en Afrique ou dans l'arctique, où Total veut continuer à exploiter des énergies fossiles", a affirmé Yannick Jadot, le candidat d'Europe Ecologie - Les verts lundi 13 décembre sur franceinfo en précisant son projet d'ISF climatique. Ce rétablissement de l'ISF "devient climatique parce que les patrimoines financiers aujourd'hui sont la principale raison pour laquelle les plus riches émettent cinq fois plus de CO2 que les Français en moyenne."

>> Primaire de la gauche, "ISF climatique" et violences sexuelles : ce qu'il faut retenir de l'interview de Yannick Jadot sur franceinfo

Pour Yannick Jadot, "l'idée c'est qu'on ait un carbone-score, en fonction des activités des entreprises on a une évaluation de la composante CO2. À partir de là si la composante CO2 est au-dessus d'un certain seuil il y aura un malus qui fait qu'on aura un ISF très progressif pour vraiment aller loin sur les très très riches, pour qu'ils soient plus solidaires."

Y aura-t-il un bonus si les Français investissent dans des entreprises vertueuses sur la question climatique ? "On peut imaginer un bonus, mais là l'idée c'est vraiment de réorienter les patrimoines financiers", concède le candidat écologiste. Car selon Yannick Jadot qui prend un autre exemple, "tout le monde peut être à quelques milliers d'euros sur le livret de développement durable et solidaire, le LDDS qui porte l'idée du développement durable et solidaire. Vous savez quelle est la partie du LDDS qui va sur l'écologie et la solidarité ? 5 %. Ce sont des dizaines de milliards d'euros qui ne sont pas orientés sur la bonne économie". C'est pourquoi le candidat écologiste dit que "cette épargne-là, ira financer ce qui va bien dans la société, ce qui nous fait du bien et ce qui nous évitera les catastrophes climatiques."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.