Une sixième limite planétaire vient d'être franchie, celle du cycle de l'eau douce

Cette ressource est "maintenant largement perturbée par les pressions humaines aux échelles continentale et planétaire"., écrivent les auteurs d'une étude parue dans la revue "Nature".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (A JARRY-TRIPELON / ONLYFRANCE.F / ONLY FRANCE)

Pour la deuxième fois de l'année, le monde a franchi une nouvelle limite planétaire : celle de cycle de l'eau douce. Dans une nouvelle étude (en anglais) publiée dans la revue Nature jeudi 28 avril, les scientifiques expliquent que ce cycle, qui comprend les précipitations ainsi que l'humidité du sol et l'évaporation, est en dehors de la zone de sécurité.

Cette ressource est "maintenant largement perturbée par les pressions humaines aux échelles continentale et planétaire", écrivent-ils. "Cette nouvelle analyse scientifique montre comment nous, les humains, poussons l'eau verte bien au-delà de la variabilité que la Terre a connue pendant plusieurs milliers d'années au cours de la période holocène", s'alarme le Suédois Johan Rockström, professeur d'études environnementales et co-auteur de l'étude.

Six limites sur neuf franchies

La scientifique Emma Haziza s'est émue de la situation sur Twitter. "Je ne sais plus comment le dire, le crier parfois puis me taire devant le flot d'actualité continu... écrit-elle. Mais est-ce que vous avez compris ce que veut dire le manque d'eau ? Plus d'énergie, plus rien à manger, on n'est plus rien en fait, vous êtes sûrs de vouloir continuer comme ça ?"

Le monde compte neuf limites planétaires. Jusqu'à présent, six limites planétaires ont été franchies. Il s'agit de celles du changement climatique, de l'érosion de la biodiversité, des perturbations globales du cycle de l'azote et du phosphore, de l'usage des sols, de la pollution chimique, et la dernière en date, l'eau douce. Seules trois n'ont pas encore été franchies.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.