Cet article date de plus de sept ans.

Réchauffement : fonte accélérée d'un glacier de l'Antarctique

En Antarctique, l'un des plus gros glaciers, celui de l'ile du Pin, se réduit de façon très conséquente. Selon une équipe internationale de scientifiques menée par des Français,  qui publie aujourd'hui un article dans la revue Nature Climate Change, cette fonte devrait encore faire monter le niveau des mers.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (NASA Reuters)

Le glacier de l'île du Pin (Pine Island) est situé à l'ouest de l'Antarctique, en face de la pointe de l'Amérique du sud, un secteur qu'on pensait jusque-là épargné par la fonte de la calotte polaire.

Mais cette étude, publiée dans la revue Nature Climate Change par une équipe
internationale de chercheurs conduite par le Laboratoire de glaciologie
et de géophysique de l'environnement de Grenoble, montre qu'il n'en est rien.

Ce glacier a reculé depuis les années 90 d'une dizaine de kilomètres. Et pire, il entretient son recul. Selon les projections des scientifiques, il devrait se rétracter encore d'une quarantaine de kilomètres d'ici 2050. Il perd en masse et même en altitude. en hauteur. En crashant ses icebergs dans l'océan, il contribue à la montée du niveau des mer. A lui seul il fait monter ce niveau de 10 mm. Et les glaciers voisins semblent prendre le même chemin.

 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.