Présidentielle : le WWF veut soumettre l'action publique à un "passe climatique"

"Les précédents présidents n'ont pas eu la main assez verte pour réduire l'empreinte écologique de la France. Pourquoi ? Tout simplement parce que rien ne les y oblige", souligne la section française de l'ONG. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une manifestation pour la protection du climat et dénonçant l'inaction face au réchauffement climatique, le 6 novembre 2021 à Toulouse (Haute-Garonne).  (ALAIN PITTON / NURPHOTO / AFP)

"Abandonnez les discours flous et les promesses sans lendemain." Le Fonds mondial pour la nature (WWF) demande aux candidats à la présidentielle de s'engager à soumettre les décisions du futur exécutif à l'examen d'une autorité indépendante, qui leur délivrera un "passe climatique" si celles-ci sont compatibles avec les objectifs de sauvegarde de la planète.

"Candidates, candidats (...) engagez-vous à faire de votre mandat celui de la sortie de l'impasse écologique", demandent dans une tribune publiée dans le Journal du dimanche, dimanche 20 février, les trois dirigeantes du WWF France, Isabelle Autissier, Monique Barbut et Véronique Andrieux.

"Le WWF vous appelle à prendre l'engagement de soumettre chacune des décisions de votre mandat présidentiel à l'obtention d'un passe climatique."

La section française du WWF

dans le "Journal du dimanche"

"Les précédents présidents n'ont pas eu la main assez verte pour réduire l'empreinte écologique de la France", souligne le WWF. "Pourquoi ? Tout simplement parce que rien ne les y oblige." "En 2019, seuls 3% des articles de loi promulgués étaient évalués à l'aune de leur impact sur le climat", remarque l'organisation. 

Evaluer "chaque loi, chaque décret, chaque arrêté"

L'institution indépendante évoquée par le WWF délivrerait à l'exécutif ce fameux passe climatique, après avoir évalué "chaque loi, chaque décret, chaque arrêté, chaque feuille de route stratégique ou chaque engagement international susceptible d'avoir un impact sur la trajectoire française d'émissions de CO2 ou sur l'état de la biodiversité".

"En tant que 'vigie climatique', cette autorité déterminera à l'aide d'indicateurs fiables si la décision qui est envisagée est bien compatible avec les objectifs français de réduction des émissions de CO2 et de protection de la biodiversité", explique le WWF, ajoutant qu'"un avis négatif pourra amener le juge compétent à déclarer cette proposition irrecevable".

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.