Cet article date de plus d'un an.

Pays-Bas : Greenpeace dénonce une forte augmentation du nombre de vols en jets privés et demande leur interdiction

Cette utilisation de plus en plus fréquente de ce transport de luxe est responsable d'émissions de gaz à effet de serre équivalentes à celles de près de 40 000 voitures par an, pointe l'ONG.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un jet privé atterrit à Bruxelles, en Belgique, le 7 septembre 2022.  (MAXPPP)

Aux Pays-Bas aussi, cette question suscite le débat. Greenpeace a dénoncé, jeudi 20 octobre, l'impact climatique de la forte augmentation du nombre de vols en jets privés depuis les aéroports néerlandais, plaidant pour leur interdiction. Au cours des neuf premiers mois de 2022, 16 147 vols privés ont été effectués depuis et vers les aéroports de Schiphol et Rotterdam, soit plus que pendant toute l'année 2019, avant la pandémie, a démontré l'ONG environnementale dans une étude.

Cette utilisation de plus en plus fréquente du transport de luxe est responsable d'émissions de gaz à effet de serre équivalentes à celles de près de 40 000 voitures par an. "Nous sommes choqués qu'en période de crise climatique, un certain groupe ait commencé à voler non pas moins, mais plus dans des jets privés qui sont les plus polluants", a déclaré Dewi Zloch, experte en climat et énergie chez Greenpeace Pays-Bas.

Un vol sur trois parcourt moins de 500 km

L'étude, menée pour Greenpeace par le groupe de réflexion environnemental néerlandais CE Delft, a également montré qu'un vol privé sur trois au départ de Schiphol ou de l'aéroport de La Haye-Rotterdam était utilisé pour des trajets inférieurs à 500 kilomètres. "Les destinations populaires incluent Paris et même Anvers, des villes facilement accessibles en train", a ajouté Greenpeace dans un communiqué. "Les vols les plus populaires sont vers des destinations comme Majorque, Ibiza et Cannes."

Greenpeace a souligné que les vols privés ne sont pas inclus dans les objectifs climatiques fixés par le gouvernement néerlandais et ne sont pas compris dans le maximum de 440 000 vols par an fixé pour 2023 à l'aéroport d'Amsterdam Schiphol.

Par ailleurs, l'étude pointe du doigt l'espace occupé par la classe affaires dans les avions. Si elle était remplacée par des sièges réguliers, beaucoup plus de passagers pourraient prendre place dans les appareils.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.