Nouvelle-Zélande : le Parlement vote une déclaration d'"urgence climatique" largement symbolique

La Nouvelle-Zélande fait partie des pays qui se sont engagés à atteindre l'objectif de neutralité carbone pour les gaz à effet de serre d'ici à 2050. Le pays s'est également engagé à produire 100% d'énergie renouvelable d'ici 2035.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardem lors d'une conférence de presse à Wellington, le 30 novembre 2020. (MARTY MELVILLE / AFP)

"Tenez-vous du bon côté de l'histoire, faites partie de la solution que nous devons apporter collectivement à la prochaine génération." La Première ministre néozélandaise Jacinda Ardern a proclamé mercredi 2 décembre un état d'"urgence climatique" devant le Parlement. "Lorsque nous faisons des déclarations, c'est souvent qu'il y a une menace pour la vie, une menace pour les biens, et des urgences concernant la sécurité civile, a déclaré la dirigeante de centre-gauche. Si nous ne réagissons pas au changement climatique, nous continuerons à subir ces urgences sur nos côtes." Les parlementaires ont adopté la déclaration d'urgence climatique, largement symbolique, par 76 votes contre 43.

Le Parlement britannique était devenu, le 1er mai 2019, le premier dans le monde à déclarer l'"urgence écologique et climatique", suivi par l'Irlande. Selon The Climate Mobilisation, un lobby américain faisant la promotion de ces déclarations, une dizaine de parlements ont fait de même, tout comme 1 800 collectivités locales dans le monde.

Des politiques climatiques "insuffisantes" selon des ONG

La Nouvelle-Zélande fait partie des pays qui se sont engagés à atteindre l'objectif de neutralité carbone pour les gaz à effet de serre d'ici 2050. Le pays, qui compte moins de cinq millions d'habitants, s'est également engagé à produire 100% d'énergie renouvelable d'ici 2035. 

Le gouvernement de Jacinda Ardern est cependant accusé de ne pas faire assez. Le groupe Climate Action Tracker – qui évalue les engagements des principaux pays émetteurs de gaz à effet de serre – estime que ses politiques climatiques sont "insuffisantes" pour atteindre ses objectifs dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat de 2015. Greenpeace de son côté relève que l'objectif de neutralité carbone pour 2050 ne concerne pas le méthane, l'une des principales sources d'émissions de gaz à effet de serre du pays, afin de préserver un secteur agricole vital pour Wellington. "Quand la maison brûle, il ne sert à rien de déclencher l'alarme si on ne combat pas l'incendie", a critiqué l'une de ses représentantes, Kate Simcock.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.