Les niveaux de gaz à effet de serre atteignent un nouveau record dans l'atmosphère

Selon un rapport qui servira de base à la COP 24, les niveaux des gaz à effet de serre ont atteint un nouveau niveau record en 2017. Selon les scientifiques, il y a urgence à agir. 

Les niveaux des gaz à effet de serre ont atteint un nouveau record en 2017, selon l\'Organisation météorologique mondiale.
Les niveaux des gaz à effet de serre ont atteint un nouveau record en 2017, selon l'Organisation météorologique mondiale. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Les niveaux des gaz à effet de serre, qui piègent la chaleur dans l'atmosphère, ont atteint un nouveau record, révèle jeudi 22 novembre l'Organisation météorologique mondiale (WMO), institution spécialisée des Nations unies. Le rapport de l'Organisation météorologique mondiale indique qu'en 2017, le dioxyde de carbone (CO2) a atteint 405,5 ppm (nombre de molécules du gaz à effet de serre considéré par millions de molécules d'air), contre 403,3 ppm en 2016 et 400,1 ppm en 2015.

"La fenêtre d'opportunités pour agir est presque fermée"

Dans son rapport, WMO se montre pessimiste : il n'y a pas de signe de possible renversement de cette tendance, ce qui entraîne, sur le long terme, le changement climatique, la montée de l'eau de la mer, l'acidification des océans et des conditions météorologiques extrêmes.  

"La science est claire, sans la réduction rapide du CO2 et des autres gaz à effet de serre, le changement climatique aura de plus en plus d'impacts destructeurs et irréversibles sur la vie sur terre", a commenté Petteri Taalas, le secrétaire général du WMO. Avant d'affirmer : "la fenêtre d'opportunités pour agir est presque fermée". "La dernière fois que la planète a subi la même concentration en CO2 était il y a 3-5 millions d'années, quand la température était de 2-3°C plus élevée et le niveau de la mer de dix à vingt mètres plus haut que maintenant". Le dioxyde de carbone met plusieurs centaines d'années avant de se retirer de l'atmosphère, et encore plus de l'océan.  

Le rapport sera étudié à la COP 24 

Le WMO explique l'augmentation de l'émission des gaz à effet de serre par l'industrialisation, l'utilisation d'énergie à partir de combustibles fossiles, l'intensification de l'agriculture, l'augmentation de l'utilisation des terres et de la déforestation.  

Les rapports de WMO et de l'UNEP (un rapport séparé du Programme des Nations unies pour l'environnement) servent de base scientifique pour la prise de décision lors des négociations sur le changement climatique des Nations unies, menées du 2 au 14 décembre à Katowice, en Pologne. L'objectif : atteindre celui fixé lors de la Conférence de Paris de 2015 sur les changements climatiques qui est de limiter le réchauffement à 1,5°C.