Australie : la Grande Barrière de corail victime d'une hécatombe "catastrophique"

Selon une étude scientifique, environ 30% des coraux de ce vaste récifs sont morts durant une vague de chaleur en 2016.

La Grande Barrière australienne constitue le plus vaste ensemble corallien du monde, s\'étendant sur environ 348 000 kilomètres carrés.
La Grande Barrière australienne constitue le plus vaste ensemble corallien du monde, s'étendant sur environ 348 000 kilomètres carrés. (GREG TORDA / ARC CENTRE OF EXCELLENCE FOR COR / AFP)

La Grande Barrière australienne, joyau du patrimoine mondial de l'humanité, a subi une hécatombe "catastrophique" de ses coraux pendant une vague marquée de chaleur en 2016. Environ 30% des coraux du vaste ensemble sont morts durant la vague de chaleur survenue entre mars et novembre 2016, le premier épisode de deux années consécutives de blanchissement, selon une étude publiée jeudi 19 avril par la revue scientifique Nature (en anglais)

Inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco en 1981, le récif s'étend sur environ 348 000 kilomètres carrés le long de la côte australienne et constitue le plus vaste ensemble corallien du monde. Le corail, qui sert d'habitat à d'autres créatures marines, a été durement touché par la hausse des températures de l'eau consécutive au réchauffement climatique.

Terry Hugues, co-auteur de l'étude et directeur du Centre d'excellence pour les études sur les récifs coralliens de l'université James-Cook, a expliqué à l'AFP que les plus menacés sont les coraux à branches comme les tables de corail qui fournissent leurs cachettes aux poissons juvéniles. Les coraux les plus susceptibles de tenir le choc sont lisses, en forme de melon, a poursuivi le chercheur. Ces coraux n'ont pas trop de mal à construire leur squelette, mais "ils ne sont pas très utiles pour l'habitat", ajoute Terry Hugues.

"Des changements radicaux"

Pendant le blanchissement de 2016, les coraux de la partie septentrionale de la Grande Barrière ont subi une vague de "décès catastrophiques", poursuit l'étude.

Ce dépérissement corallien a provoqué des changements radicaux dans la variété des espèces dans des centaines de récifs individuels, où des communautés récifales matures et diversifiées se transforment en systèmes plus dégradés, où seules quelques espèces endurantes survivent.Andrew Baird, co-auteur de l'étude

Le blanchissement est un phénomène de dépérissement qui se traduit par une décoloration des coraux. Sous la pression de facteurs comme le réchauffement, les coraux stressés expulsent les algues avec lesquelles ils ont une relation symbiotique, et qui leur donnent couleur et énergie.

L'étude appelle à la protection des coraux survivants, estimés à environ un milliard. "C'est ceux-là qui vont réalimenter et ré-habiter des récifs altérés", explique Terry Hugues, ajoutant qu'il fallait aussi améliorer la qualité de l'eau en réduisant la pollution côtière. Les efforts pour limiter le réchauffement climatique comme dans l'accord de Paris sont également cruciaux.

"Si nous continuons à ce rythme-là, je ne crois pas que la Barrière y survivra"

"Nous avons eu quatre épisodes de blanchissement (1998, 2002, 2016 et 2017) sur la Grande Barrière avec une hausse globale des températures de 1°C, souligne Terry Hugues. Si nous continuons avec nos émissions comme si de rien n'était, je ne crois pas que la Barrière y survivra."

Les récifs recouvrent moins de 0,2% de la surface des océans, mais abritent 30% des espèces animales et végétales marines, les protégeant des prédateurs et leur servant de garde-manger. Ils contribuent à la protection des côtes, à l'alimentation des hommes, ainsi qu'au tourisme.