Inondations : y-a-t-il un lien entre la goutte froide et les dômes de chaleur ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Inondations : y-a-t-il un lien entre la goutte froide et les dômes de chaleur ?
FRANCE 2
Article rédigé par
Chloé Nabédian - France 2
France Télévisions

Existe-t-il un lien entre la goutte froide présente en Europe et les dômes de chaleur ? La journaliste Chloé Nabédian apporte des éléments de réponse sur le plateau du journal de 20 Heures de France 2, vendredi 16 juillet. 

"La goutte froide est présente depuis plusieurs jours et elle est entourée par deux zones de chaleur", explique la journaliste Chloé Nabédian, sur le plateau du 20 Heures de France 2. La première zone de chaleur se situe au Maghreb et en Espagne, et la deuxième plus au nord en Scandinavie. "Plus l'atmosphère est chaude, plus elle se gorge en vapeur d'eau, ajoute la journaliste. Il y a une espèce de réservoir d'humidité, de chaleur qu'on appelle l'eau précipitable, il y a aussi les océans qui vont beaucoup plus s'évaporer. Tout ce potentiel est ramené actuellement par une dépression qui est situé autour de notre goutte froide.

Au vue de l'enroulement des vents, l'humidité revient des zones de chaleur. D'ordinaire maintenue par la Scandinavie, elle est cette fois maintenue. Lorsque que la chaleur revient vers l'Allemagne  il y a la goutte froide, elle déclenche des orages et des pluies. 

"Ça s'améliore en France"

"Avec le réchauffement climatique il y aura, certes, des régions où il y aura beaucoup plus de sécheresse, mais il y a aussi ce potentiel de pluie extrême", ajoute la journaliste France Télévisions, avant de revenir sur la situation en France, où plusieurs départements sont encore placés en vigilance orange. "On a encore huit départements placés en vigilance orange car on surveille la propagation de l'onde de crue d'amont en aval, mais il n'y a plus de forte pluie à attendre pour le week-end", conclut-elle. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.