Froid : le coup de chaud des chauffagistes

Un coup de froid est annoncé. Les professionnels du chauffage et les ramoneurs sont très sollicités, à tel point qu'ils ont parfois du mal à répondre à toutes les demandes.

Des nuits et des matinées plus fraîches se font ressentir. Depuis une semaine, Romain Chefneux, ramoneur, enchaîne les visites. Avec la baisse des températures, les particuliers se remettent à faire du feu dans leurs cheminées. Lors de sa première flambée d'automne, ce propriétaire a eu une mauvaise surprise. De la suie, des résidus de combustion : le ramoneur va procéder à un nettoyage méticuleux, du foyer jusqu'au sommet du conduit. Un entretien dont, le plus souvent, on ne se soucie qu'au dernier moment. C'est en tout cas une obligation. Le ramonage d'une cheminée doit être effectué au moins une fois par an.

Une nouvelle baisse des températures attendue

Sur la brèche également, les chauffagistes. Jean-François Aquarone multiplie les dépannages autour de Lyon (Rhône). Dans cette petite copropriété, il n'y a ni eau chaude ni chauffage depuis trois jours. Diagnostic : une pièce de la chaudière doit être changée. Charles Benadiba, lui, vient effectuer l'entretien d'une chaudière au gaz. La visite annuelle est obligatoire là aussi, mais comme pour les cheminées, on ne s'en soucie en général qu'à l'approche de l'hiver. Un contrôle de sécurité assure aussi un bon rendement du système de chauffage. Pour les professionnels, cette activité très chargée risque de s'intensifier dans les prochains jours, avec la chute des températures prévue le week-end prochain.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'utilisation du chauffage au bois représente près de la moitié des émissions de particules fines en France, selon le gouvernement d\'Edouard Philippe. 
L'utilisation du chauffage au bois représente près de la moitié des émissions de particules fines en France, selon le gouvernement d'Edouard Philippe.  (BETTINA MARE IMAGES / AFP)