Faute de neige, les stations de ski des Pyrénées enregistrent une fréquentation en baisse

Le massif pyrénéen représente environ 10% du marché du ski français, soit l'un des plus importants au monde.

Un homme marche dans la station de ski de Cambre d\'Aze (Pyrénées-Orientales), le 3 janvier 2019.
Un homme marche dans la station de ski de Cambre d'Aze (Pyrénées-Orientales), le 3 janvier 2019. (RAYMOND ROIG / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Pourtant, que la montagne était belle. Les stations de ski des Pyrénées ont enregistré une baisse de fréquentation cet hiver en raison d'un déficit d'enneigement en début de saison. Le groupe N'Py, qui gère sept stations dans les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Atlantiques, a comptabilisé 1 739 900 journées ski au 7 avril, soit un recul de 10% par rapport à l'an dernier.

"L'ouverture des domaines skiables initialement prévue le week-end du 1er décembre, a été reportée au 1er jour des vacances de Noël, le 22 décembre, la neige faisant défaut", précise un communiqué. Au total, 163 454 journées de ski ont été enregistrées durant les 15 jours de vacances de Noël, soit une baisse de 40% par rapport à la saison précédente.

La majorité des stations déjà fermées

Cette baisse a été amortie pendant les vacances de février, durant lesquelles les stations N'Py ont réalisé "l'une des meilleures années sur cette période", en hausse de 13% par rapport à la saison 2017/2018, mais la grande majorité des stations pyrénéennes ont d'ores et déjà fermé.

Le début de l'hiver a été marqué par un fort déficit d'enneigement dans les Pyrénées, la couche de neige ayant même atteint, début janvier, un niveau historiquement bas depuis le lancement, il y a 22 ans, de mesures de références. Les premières chutes importantes sont intervenues les 22 et 23 janvier.

Le massif pyrénéen représente environ 10% du marché du ski français, l'un des plus importants au monde. L'épaisseur de neige pourrait y diminuer de moitié et les températures maximales moyennes augmenter de 1,4 à 3,3 degrés d'ici à 2050, selon l'Observatoire pyrénéen du changement climatique (OPCC).