En une seule journée, onze milliards de tonnes de glace ont fondu au Groenland

Ce triste record s'est produit jeudi 1er août. Ce jour-là, l'équivalent de 4,4 millions de piscines olympiques s'est déversé dans l'océan.

Le glacier Bruckner et la calotte glaciaire se déversant dans le fjord Johan Petersen, au Groenland, le 28 avril 2019. 
Le glacier Bruckner et la calotte glaciaire se déversant dans le fjord Johan Petersen, au Groenland, le 28 avril 2019.  (PHILIPPE ROY / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Du jamais vu. Le Groenland "vient de connaître les taux de fonte parmi les plus élevés de tous les temps". Le 1er août, en une seule journée, il a perdu onze milliards de tonnes de glace, affirme sur Twitter Ruth Mottram, climatologue de l'Institut danois de météorologie (DMI).  C'est l'équivalent de 4,4 millions de piscines olympiques déversée dans les océans. 

Plus globalement, les scientifiques n'excluent pas que 2019 soit un nouvel annus horribilis pour le continent blanc. "Il est possible que les records de 2012 soient battus, tant pour la surface de banquise en Arctique la plus basse (...) que pour la fonte de calotte glaciaire du Groenland la plus élevée, prévient Ruth Mottram. Cela dépendra largement des conditions météo".

Outre la banquise, la fonte de la calotte glaciaire continentale et des glaciers a un impact plus direct encore sur la hausse des niveaux des mers. Elle fond trois fois plus vite qu'en temps normal, impactée par le réchauffement climatique. "Pour le seul mois de juillet, la calotte a perdu 160 milliards de tonnes de glace par la fonte de surface. Cela représente l'équivalent de 64 millions de piscines olympiques. Pour le seul mois de juillet", rapporte de son côté Clare Nullis, porte-parole de l'Organisation mondiale météorologique, qui dépend des Nations unies. La "Summit station", qui domine la calotte à 3 000 mètres d'altitude, a mesuré le 30 avril la température la plus élevée de son histoire : elle était de -1,2 °C.